L’empreinte des Dieux – Graham Hancok

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

 

Rassurez vous ce livre ne fait pas l’apologie ou la démonstration mystique de l’existence de dieux. Ce livre est bien plus ancien que le documentaire de la révélation des Pyramides.

Son auteur a visité les sites archéologiques les plus énigmatiques, il est allé rencontrer les spécialistes locaux et internationaux de ces sites. Il met ensuite en relation les points communs de nombreux site, tant dans leur culture, leur savoir que leur légendes sacrées.

Ce livre n’est pas enrichie des révélations issues du Film la Révélations des Pyramides, mais il permet de le compléter.

Devrons nous, oui ou non réécrire l’histoire des civilisations, devons nous admettre devant l’évidence des faits qu’une civilisation antédiluvienne a peuplé et influencé la terre de part son savoir faire, sa culture avant de disparaître brutalement ?

Le livre de Graham Hancock est passionnant, voici quelques élément clefs que l’auteur nous fait partager.

  • Bien avant que le Pole sud ne soit découvert, il fut cartographié. Et le plus troublant, c’est que des cartes indiques les contours de la partie terrestre aujourd’hui recouverte de glace et donc invisible sans le recours au moyen de la NASA. Des dizaines de cartes anciennes authentiques montrent les contours d’un continent en théorie inconnue.
  • L’auteur s’intéressent aux légendes d’Amérique du sud et d’Amérique du Nord, qui évoque la venue d’un homme civilisateur du non de Quezalcoal au Mexique et Virachocha en Amérique du Sud. Mais le plus troublant, c’est que cette histoire de la venue d’un peuple qui transmet son savoir est présente en Afrique du Nord, et en Inde. Les légendes de Virachocha semble avoir fait le tour de la terre.
  • L’auteur nous montre également que l’hypothèse de l’age du Sphinx par l’Égyptologie n’est pas possible et que les traces d’érosion font remonter à plus de 10.000 ans sa construction, mais c’est aussi le cas du site Bolivien de Tiahuanaco et de Puma Punku qui semble avoir été construit sur la base des équinoxes et solstices il y a 15.000 ans.
  • L’auteur nous rappel la fin de la période glacière très brutale qui s’accompagna il y a 10 à 12000 ans de changement climatiques très brutaux, occasionnant la disparition de centaines d’espèces animales (mammouth, rhinocéros laineux, lion au dent de sable, élan…. Cette période semble s’être accompagnée de pluie et d’inondation telle qu’elles sont décrites dans les légendes du déluge. Légendes qu’on retrouve à l’identique en Inde, en Amérique et en Mésopotamie. Le déluge semble avoir été décrit dans toutes les textes sacrées que nous appelons légendes devant notre incapacité à lier les traces géologiques ou fossiles à une très ancienne mémoire de l’homme….
  • Mais ce n’est pas tout, les légendes à travers le monde évoque un autre phénomène surprenant, la précession des équinoxes. Les légendes racontes des histoires métaphoriques de la modification de la position des étoiles dans le ciel, mais utilise aussi des combinaison de chiffres qui rappel la durée du cycle de précession des équinoxe.

L’auteur nous entraîne peu à peu en mettant en perspective les légendes et les faits observés sur le terrain, que des civilisations très anciennes ont bel et bien foulée notre terre bien avant les sumériens et les égyptiens. Graham Hancock apporte aussi les preuves dans son dernier chapitre que le continent du pole sud a bel et bien été habitable par des espèces végétales et des animales avant la fin de la dernière période glaciaire. Il émet l’hypothèse qu’Eisntein lui même avait trouvé intéressantes, l’hypothèse que la croûte terrestre aurait glissé entraînant vers les régions polaires l’antarctique sud et mettant la Sibérie dans une situation de froid polaire. En effet, on a retrouvé dans le permafrost sibériens des arbres fruitiers d’une trentaine de mètres qui n’aurait jamais du se trouver dans ces latitudes… a moins d’un changement brutal du climat.

Le livre est construit comme une démonstration méthodique. Il est difficile de ne pas considérer l’existence d’une civilisation oubliée à la lecture de cet ouvrage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *