TEOTIHUACÁN CITE DES SCIENCES : EN SAVOIR PLUS

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

Affiche

Suite à la sortie du documentaire, je vous propose ici un certain nombre d’éléments extrait du film afin que que vous puissiez vous replonger dans les découvertes que nous proposons. Je donne également un certain nombre d’explications complémentaires sur la démarche, les sources, les différences que vous pourrez trouver avec différentes sources. Je rappel que l’objet de ce film n’est pas de vous imposer une vision, mais d’inviter à un autre regard, une autre façon de comprendre les monuments géométriques que nous ont laissés de nombreuses civilisations, dont nous n’avons pas d’écrits concernant ces bâtisseurs. Il ne s’agit pas d’une VÉRITÉ RÉVÉLEE que nous imposons au sens propre, ce qui implique une certaine retenue dans mes propos et j’en demande également de la part des commentateurs, hystérique cherchant opposition frontale, s’abstenir, merci, car je n’ai pas de temps à perdre.


Méthode :

J’ai utilisé Google Earth, et quelques sources officielles sur la cartographie de Teotihuacán pour détecter ces étranges distances et dimensions qui résonnent de façon troublantes avec les constantes de l’univers en unité métrique.

Je me suis ensuite appuyé sur des principes d’architectures qui ont été mi à jour par plusieurs auteurs sur d’autres sites de part le monde. Ainsi, Howard Crowhurst, Georges Vermard…. et les auteurs de quelques documentaires (LRDP, L’énigme de François 1er…..) furent des sources d’inspirations pour orienter mes recherches sur la base de leurs propositions étonnantes.

Les sources officielles qui donnent les dimensions de ce complexe sont celles de Milon qui à publié dans les années 70 et 80 plusieurs rapports de cartographie assez précis. Il y a des incertitudes tout de même liées à certaines restaurations, et au choix des limites de certains monuments qui comportent parfois plusieurs socles et bordures. Nous avons constaté les mêmes mesures à condition de bien trouver les même emplacements, ce qui n’est pas toujours évident.

Milon, Urbanization at Teotihuacán, Mexico, vol 1 &2 The Théotihuacan maps 1973

The archéologye of Measurements, Iail Morley et Colin Renfrew, Cambridge University Press, 2010

Teotihuacán. » Britannica School. Encyclopædia Britannica, Inc., 2014. Web. 9 Dec. 2014.

Reynolds, Mark (1999). « A Comparative Geometric Analysis of the Heights and Bases of the Great Pyramid of Khufu and the Pyramid of the Sun at Teotihuacan ». Nexus Network Journal (Kim Williams Books) 1: 87–92.


Base de la pyramide du Soleil : 220 mètres ± 0,5

La pyramide n’est pas exactement carré, c’est pour cela que les sources qui sont fournies donnent en générale 220 à 225 mètres. En effet, sa plus grande largeur (face sud) est de 224,24 (Milon 1973) mètres. Enfin, il y a eut un travail de restauration important sur cette pyramide qui était entièrement recouverte par la végétation au début du XXème siècle. Les limites de la pyramide ont donc été restaurées avec peut être certaines initiatives des restaurateurs. Cette pyramide, on le voit n’est pas d’une précision aussi grande que celle de Gizeh. Les lignes ne sont pas toujours très droites, les quatre cotés ont des dimensions différentes. (peut être y a t’il une raison à cela ?)

Des documents font état de dimensions variables pour la face Ouest qui nous intéresse entre 210,43 et 221,53 mètres (Millon en 1973). Le livre ci contre en anglais fait référence à ces dimensions (The Archaeology of Measurement: Comprehending Heaven, Earth and Time in Ancient Societies). Toutefois, de nombreux relevés topographiques qui sont publiés dans ce livre ne sont pas validés par les mesures réalisées avec Google Earth. L’auteur du livre s’étonne d’ailleurs de trouver de telles différences dans les dimensions de la pyramide du Soleil pour différentes sources.

La raison qui explique de tels écarts de mesure par les archéologues de terrain est lié au fait que la pyramide repose sur un socle, et qu’elle présente des ergots à sa base dont on ignore la signification. La photo ci dessous illustre la raison qui explique que les géomètres ont fournit plusieurs dimensions suite à leurs relevés de terrain.

socle pyramide téotihucan

Ci dessus, le coin nord ouest qui me sert à mesurer les 220 mètres. Cette mesure est aussi constaté par la source : Teotihuacán. » Britannica School. Encyclopædia Britannica, Inc., 2014. Web. 9 Dec. 2014.

220 coin Sud de la face ouest

Et enfin le coin sud ouest qui me sert à mesurer les 220 mètres.

Dans ce livre, il est également fait état de travaux visant à mettre en évidence une unité de mesure de 83 cm qui serait la base de la construction de ce site. Pour cela les auteurs ont tenus comptes des cycles solaires et lunaires, et de différentes planètes, et ont émis l’hypothèse que les pyramides et les distances expriment les nombres de jours de différents cycles. Il s’agit à mon sens d’une hypothèse à explorer, car il n’est pas impossible que plusieurs unités de mesure soient intégrées dans ce genre d’édifice. Je vais approfondir la lecture de ces travaux et voir si je peux les intégrer dans un second documentaire sur Teotihuacán, car 83 cm, si cette unité existe vraiment à Teotihuacán, cela nous renvoi étrangement au Yard Mégalithique découvert et confirmé par Alexander Thom et dont l’unité est de 82,944 à 82,96 cm. Cet aspect fera l’objet de la suite du documentaire.

Capture 220 m


Rapport 220 / 70 de la pyramide du Soleil.

La hauteur actuelle est de 63 à 65 mètres selon les sources. Elle est tronquée comme la pyramide de Khéops de son sommet.

Ce rapport de 220 : 70 fonctionne si on tient compte du temple qui existait en haut, et qui est décrit par les archéologues et historiens. Mais on peut aussi coiffer la pyramide tronquée d’une coiffe virtuel révélant sa hauteur présumée.

Quid de la hauteur ? Elle est actuellement de 65,5 mètres. L’angle de sa pente est donnée par Reynolds 1999 pour être 32,494°. Cette valeur permet de trouver une hauteur théorique avec une coiffe virtuelle de 70,06 mètres (Tangente 32,494 x 110 = 70,06). Notre guide nous a également confirmé sur place qu’un temple se trouvait à son sommet, et que les archéologues envisagent aussi se rapport de proportion permettant de révéler le nombre PI. J’avais expliqué cette étrangeté aux personnes qui m’accompagnaient, et la guide à abonder dans ce sens, évoquant alors le point de vue des archéologues mexicains sur ce sujet.

Selon les archéologues, un temple se trouvait autrefois en haut de la pyramide, il aurait été détruit.  Une source sur Wikipédia, donne une hauteur théorique de 71,17 mètres. Mais la référence de l’article cité pour cette hauteur ne fait pas mention de cette valeur là. Au contraire cet article mentionne que la Pyramide du soleil mesure 81,1 mètre de moins que celle de Khéops, c’est à dire : 146,608 – 81,1 = 65,508 mètres. Il faut faire attention avec Wikipédia, car parfois, les références cités ne correspondent pas à la valeur donnée sur Wikipédia. Il s’agit de la valeur actuelle sans le temple. Bref, il est impossible de connaitre la hauteur du temple qui ornait autrefois cette pyramide. En revanche, on peut coiffer cette dernière d’une coiffe virtuelle, que j’ai estimé à 70 mètres ± 1. L’important est alors d’envisager l’intention des bâtisseurs. Si la diagonale ne délivrait pas 314,16 mètres, on pourrait envisager un concours de circonstance.

Capture pie

 

Afin d’envisager la présence du nombre PI exprimée à partir de l’unité métrique je propose de tenter de comprendre pourquoi les bâtisseurs ont réalisés une base qui n’est pas exactement carré. Les dimensions telles que j’ai pu les mesurer avec Google Earth sont de 224,3 m ± 0,3. Les relevées topographiques de Millon en 1973 sont de 223,75  pour la face Est et nord et 224,24 pour la face Sud. Contrairement aux mesures de largeur sur la face Ouest, nous sommes à peu près d’accord avec ces relevés. En effet, les faces Est et le coin Nord de la pyramide sont différents.

socle est

Dans le sens Est Ouest  il y a moins de chance de se tromper quant aux points d’ancrage des mesures. Je trouve avec Google Earth des valeurs très proches de celles  officielles de Millon entre autre.

Cette base non carrée a donc une diagonale qui est de 314,16 mètres ± 0,05 m. Il s’agit d’un raisonnement qui repose sur l’intuition, je vous l’accorde, mais il n’empêche que les faits sont là, cette pyramide qu’on appel Pyramide du Soleil nous semble bien évoquer le nombre PI en mètre.

PI et le Soleil : pour calculer la circonférence du soleil il faut utiliser le nombre PI, ce qui permet symboliquement de lier ces deux éléments. Un autre auteur, Georges Vermard propose des équations mathématiques permettant de relier le nombre PI, le mètre et le rayon du soleil. Même si je ne partage pas l’hypothèse selon laquelle l’équation ci dessous démontre l’aspect divin de l’univers, je vous propose tout de même cette étrange relation :

(√2π) / 36 = le rayon soleil divisé par 10 millions = 0,0696 286 (actuellement le rayon du soleil est estimé à 696 342 km, ce dernier peut ne pas être constant au cours du temps, il s’agit d’une masse en fusion)

Ici, deux clefs mathématiques sont utilisées, la racine carré et le nombre 36 qui est l’expression des 360° d’un cercle. PI et 360 évoque de toute évidence le cercle, et le soleil est un cercle vu de la terre. Cette équation est étrange, je ne me prononce pas sur cette hypothèse, mais je ne la rejette pas pour autant, car elle est factuellement très proche de la réalité. Ce qui à mon sens pourrait permettre d’envisager que l’unité métrique a été pensée pour obtenir ce genre d’équation symbolique.

pie diagonale

 


La distance entre la Pyramide du Soleil et de la Lune :

800 mètres ± 0,5 séparent ces deux pyramides. Nous devons admettre une marge d’erreur, car ces pyramides ont été restaurées et en définir le centre n’est pas aussi aisé qu’avec celle de Khéops. Heureusement, nous pouvons nous appuyer sur la précision des images de Google Earth et de Google Street View pour définir avec une très bonne précision la position de ces pyramides.

Je fait remarquer qu’un rapport de fouille de 1905 fait aussi état de cette distance de 800 mètres entre les deux pyramides. http://www.persee.fr/docAsPDF/jsa_0037-9174_1906_num_3_1_3455.pdf. Bon, ce rapport fait aussi état de dimensions de 253 mètres par 85 pour la pyramide du soleil. Il s’agit d’une mesure qui m’étonne un peu, mais qui s’explique car elle intègre les fondations souterraines et l’enceinte de la pyramide.

Capture 3.14° et 800 m

800 mètres


 

La distance 1200 mètres jusqu’au temple de Quetzalcóatl

La encore, nous constatons que la distance entre ces deux temples est un nombre entier d’hectomètres avec une précision de ± 0,5 mètres. 2 modules de 400 mètres séparent les deux pyramides, et 3 modules de 400 mètres séparent la Pyramide du Soleil du Temple de Quetzalcóatl.

Ces rapports de distance sont intéressants, ils délivrent en mètres des équations amusantes qui ne sont pas dans le documentaire, car d’une part elles sont un peu compliquées à intégrer, mais en plus, elle implique un mode de pensée qui n’est pas évident à appréhender à l’heure actuelle :

  • L’inverse de 800 – l’inverse de 1200 multiplie par PI, c’est à dire 0, 00125 – 0,0008333333 x PI = 0,001309, soit un demi de φ carré. (1,309 x 2 = 2,618)
  • L’inverse de 400 – l’inverse de 1200 multiplie par PI, c’est à dire 0, 0025 – 0,0008333333 x PI = 0,005236, soit une référence à la coudée égyptienne de 52,36 cm, ou 2 x 26.18.

Il est très étonnant tout de même avec deux équations basées sur l’inverse et le nombre PI d’obtenir des résultats faisant référence au nombre d’or et à la coudée égyptienne. Il se dégage ici quelque chose d’aussi surprenant qu’avec la formule permettant de lier le mètre, la coudée, PI et PHIE² : π – φ² = 0,5236 et π / 6 = 0,5236 et enfin π – 0,5236 = φ² =2,618

Capture 800 m + 1200 m

1200 mètres


Les 400 mètres de large du temple de Quetzalcoalt

Ce temple mesure 400 mètres de large. Là encore, on retrouve un nombre entier d’hectomètre. On peut même dire que les bâtisseurs du site ont intégrés des modules de 400 mètres dans sa géométrie. La base 4 étant très importante dans de nombreux édifices antiques, nous le découvrirons plus tard.

coin nord ouest de QZCTDans le livre cité précédemment les relevés de mesure font état d’un peu plus de 404,59 mètres, mais cette mesure à été faite sur la face Est. Mais le mur Ouest, qui marque l’entrée de ce temple mesure bien 400 m ± 0,25 cm. Pourquoi a t-on un tel écart entre ? S’agit-il d’une erreur des batisseurs, ou bien y a t-il une raison ?

La photo ci contre illustre le coin Nord Ouest de ce temple. C’est le point de départ de la mesure de 400 mètres. On voit bien sur la photo aérienne que le temple s’élargit un peu vers l’est ou la mesure de 404.59 m est donnée par Milon (1973).

capture 400 m


L’axe nord sud est donné par les coins nord des deux pyramides

Ici, on constate, que les coins Nord / Est des pyramides de la Lune et du Soleil sont alignés sur l’axe nord sud avec une très grande précision. Définir l’axe nord sud avec une telle précision est bien plus complexe qu’on ne l’imagine. On ne peut se fier à l’étoile polaire à l’époque supposée de la construction. On ne peut que très difficilement se fier au lever de soleil, car il faut alors définir l’axe de l’équinoxe, ce qui pose plusieurs problème que voici :

  • à 2300 m d’altitude, avec des montagnes autour fausse considérablement les estimations.
  • Il faut également savoir quel point du soleil ont choisit pour définir l’Est le jour de l’Equinoxe. Est ce qu’on prend le début de l’apparition du soleil, le milieu ou la fin ? Faut il ensuite choisir le bord du soleil ou le centre.
  • Et enfin, il faut tenir compte de la réfraction de la lumière dans l’air en fonction de la température ce qui fausse encore la vision et donc le repérage de l’Est exact.

A ce jour, nous ne connaissons pas de méthodes rudimentaires permettant d’obtenir une précision au centième de degrés et en se basant sur des observations solaires dans un tel environnement. Cette problématique est la même que celle qu’on rencontre avec les mégalithes parfaitement alignés sur les point cardinaux avec une précision qui est parfois supérieure à ce qu’on nous propose pour les grandes pyramides de Gizeh.

On peut voir aussi, que l’axe nord sud que je trace ci dessous passe par l’autel central de la place qui sert à tracer les fameuses lignes de 618 mètres et 191 entre les deux pyramides.

Capture 180°


La distance de 618 mètres entre le centre de la place et la Pyramide du Soleil.

Cette distance est l’inverse du nombre d’or, et la précision est surprenante. Mais ce qui est encore plus surprenant c’est que l’inverse de la distance entre ce point de la pyramide de la Lune évoque directement la coudée de 0,5236 (1 / 1,9097 = 0,5236). Et que le trajet aller retour évoque quant à lui le fameux nombre d’or avec 1618 mètres.

Capture 618m

618 mètres

191 mètres

Le rapport entre ces deux distances, est amusant : 618,03 / 190,97 = 3,236 = 2φ (deux fois le nombre d’or). Cette équation n’est pas non plus dans le documentaire.

Capture 618 + 190.97


Les 2236 mètres de l’Allée des Morts

Cette mesure précise à plus ou moins 1 mètre en raison de l’état mal restaurée de la face nord de la pyramide de la lune. En revanche, l’autre extrémité est très précise, car elle est l’intersection de deux droites à 90° avec le temple de Quetzalcóatl et l’allée des Morts. Dans le livre cité précédemment les dimensions sont très différentes, les auteurs donnent 2156,86 mètres, mais c’est parce qu’ils ont pris comme point de départ le haut de l’escalier de la Pyramide de la Lune et non la base de la face nord. Quant à l’angle il est de 15,47° ± 0,015°, ce qui est différent de ce qu’on peut lire ici ou là sur Wikipédia (15°50′ soit 15,83°). La mesure des angles avec Google Earth est très précise. La seule nuance importante dont il faut tenir, c’est que sur une sphère les angles d’un triangle théorique à plat seront sensiblement différent. Ainsi un triangle tel que nous le présentons avec des cotes de 2236 m, 618 m et 2155 m donnera des résultats d’angle différent selon qu’on fait le calcul théorique à plat ou en intégrant la géométrie sphérique. C’est pourquoi nous donnons une marge d’erreur de 1 centième pour cet angle.

Ce qui permet de définir l’angle de 15,47°, c’est qu’il a la caractéristique de pouvoir être conçu avec des carrés modulaires en base 4 et en base 10 telle que cela à été découvert à propos des premiers principes d’architectures monumentale sacrée.

face nord pyramide de la lune

4

On distingue en vert la jonction des deux lignes vertes qui constituent la pointe du triangle. Elles partent de l’entrée nord de la Pyramide de la Lune. (l’effet de perspective donne une impression désaxée)

Capture 2236

 

Ci dessous la  ligne virtuelle de 618 mètres alignée sur l’axe Est Ouest, et qui permet ensuite de remonter plein nord jusqu’au point de départ de notre triangle rectangle.

Vous vous demandez surement pourquoi j’ai choisi de tracer une ligne virtuelle de 618 mètres ? Par intuition, par déduction car le nombre d’or me semble codé dans cette géométrie. Et surtout, les principes des architectures antiques reposent la plupart du temps sur les axes cardinaux. C’est en constatant que cette ligne de 618 mètres orienté Est Ouest permettait de boucler un triangle rectangle, qui passe par le sommet de la pyramide du soleil, que je me suis permit de proposer cette hypothèse. Le coté adjacent de notre triangle rectangle, intercepte la base nord de la Pyramide de la Lune, évoquant aussi peut être le nombre d’or de manière subtile puisqu’il faut l’exprimer au carré (2,148² = 4,618 ou 2 + φ²).

Capture 618 m Est Ouest

Capture triangle d'or

Arrive maintenant un nœud à notre problème. En effet, mon triangle n’est pas parfait, il est pris en défaut de 0.5° au niveau de l’angle droit. Si bien que si je remonte réellement à 180° au nord comme sur l’image ci dessus, la ligne vient intercepter la base nord de la Pyramide de la Lune au bout de 2149 mètres. Alors que, la ligne qui fait la jonction avec une erreur de 0.5° mesure 2155 mètres.  L’image ci dessous permet de comprendre le problème.

La question légitime que vous vous posez alors, est : pourquoi faire un cercle pour amortir cet écart ? Ma réponse est que le cercle permet de compenser les erreurs liées à la courbure de la terre. En effet, la terre n’est pas plate, si on produit des alignements avec des angles précis sur de longues distances nous voyons nos angles changer à mesure qu’on avance. Or, pour contrecarré l’effet de la courbure de la terre, il y a sur certains alignements des cercles de pierre qui servaient aux peuples mégalithiques à compenser l’effet du transfert d’une géométrie plane à une géométrie sur une sphère. On retrouve aussi ce genre de procéder en Égypte pour aligner l’obélisque d’Héliopolis avec la diagonale de la grande Pyramide de Khéops. En effet, selon que vous prenez la mesure depuis Héliopolis ou depuis Khéops, l’angle sera d’un coté 45° très exactement et de l’autre il sera de 44.92°. (voir photo ci dessous) Pourtant on mesure la même droite. Cet écart est compensé par l’enceinte du temple qui abrite l’obélisque. Ainsi, l’angle de 45° est tangent avec la bordure de l’enceinte. Ce genre de stratégie est aussi observable avec les cromlechs (cercle de pierre) qui permettent d’intégrer les décalages entre une géométrie sphérique et une géométrie plane.

 67

Bref, voici enfin le schéma qui synthétise cette géométrie.

 

Enfin, ce triangle rectangle à pour hypoténuse, l’allée des morts (que j’appellerai plutôt allée du nombre d’or). Et les deux cotés rectangles sont les axes cardinaux. Les dimensions de chacun de ces cotés évoquent le nombre d’or de manière subtile, en MÈTRE.

  • Petit coté : 0,618 km
  • Hypoténuse : 0,618 + 1,618 km
  • Grand coté : il évoque 2,618 ou 4,618 (2+2,618), car sa dimension est la racine carré de 4,618 km.
  • Bref, vous avez ici les nombres 0, 1, 2, et 4 qui sont inscrits devant la racine qui est 618. Mais alors ou se trouve le 3…. c’est à dire, 3,618 ???? Il est caché dans le rapport entre 2,236 / 0,618 = 3,618, et ce n’est pas terminé, en effet 3,618² = 13,09, soit 26,18 / 2… (bon, je dois dire merci à la petit fée qui ma soufflée cette dernière remarque que je n’avais pas vu et qui n’est pas le film !!)

Bref, dans ce triangle, les dimensions en mètre utilisent la racine numérique « 618 » avec les nombres : 0, 1, 2, 3, 4. Un tel concours de circonstance est tout simplement troublant, et il est difficile de penser que cela est le fruit du hasard de bâtisseurs qui auraient alignées l’allée au centième de degrés près pour que cela fonctionne.

 


Le quadruple carré emprunté aux Pyramides d’Égypte, et aux peuples mégalithiques ?

En m’appuyant sur les travaux de Howard Crowhurst, j’ai pu comprendre comment on pouvait concevoir un angle de 15,47° en utilisant des blocs modulaires carrés. En effet, le carré est une forme géométrique fondamentale, autant que le cercle dans la science des bâtisseurs. En combinant des chaines de carrés, les bâtisseurs peuvent définir des angles de diagonale.

Ici, la technique du quadruple carré fonctionne à merveille. ll faut bien sûr un ajouter 40 petits carrés, mais c’est bien la base 4 et la base 10 qui sont utilisées ici.

Ce qui est intéressant, c’est qu’en Égypte, Howard Crowhurst à démontré que l’usage du quadruple carré était une réalité. En effet les allées processionnaires sont orientés suivant ce principe par rapport à l’axe Est Ouest. L’allée de Khéphren et de de Khéops forment avec l’axe Est Ouest un angle de 14,04°, soit l’angle exact d’un quadruple carré.

440

quadruple carré de Gizeh

Ce schéma montre aussi que l’angle de 14,04° de la chaussée de la Pyramide de Khéphren (celle du milieu), intercepte l’axe Est Ouest de la chaussée de Mykérinos, formant ici un triangle rectangle de 500 par 2000 mètres. Là encore, le mètre apparait comme le nez au milieu de la figure dans la géométrie du plateau de Gizeh. Il y aussi une autre subtilité dont je parlerai une autre fois, mais le Mile de 1609 mètres semble aussi y être dissimulé avec la Pyramide de Khéops.

La technique du quadruple carré permet également de mettre en évidence une même science de bâtisseurs entre les pyramides d’Égypte et celle du Mexique de Teotihuacán.

 

 


La vitesse de la lumière ????

Cette hypothèse fait grincer les dents des plus sceptiques. Jacques Grimault propose cette hypothèse un peu folle selon laquelle le périmètre du grand cercle moins celui du petit cercle évoquerais la vitesse de la lumière. Cela n’est pas non plus une démonstration scientifique si on se contente juste de ce résultat. Mais cette hypothèse se trouve à mon sens renforcée par un raisonnement logique intuitif. En effet, deux cercles l’un dans l’autre évoque de toute évidence une cible. Or la latitude de la Pyramide de Khéops est 29°972458°, à 8 mètres près d’après les mesures que j’ai pu prendre. Soit une probabilité de 1 : 100 000 d’obtenir un tel concours de circonstance. Enfin, nous pouvons ajouter un autre raisonnement intuitif, car une pyramide de verre sert en physique à faire apparaitre les 7 couleurs de l’arc en ciel en décomposant la lumière blanche. Une pyramide permet d’accéder à la vrai nature de la lumière, évoquant ici l’importance symbolique de la pyramide comme outils permettant d’accéder à la connaissance. La connaissance étant symbolisée pas la lumière, ce qui ne devrait surprendre personne. Depuis des millénaires la lumière est symbole de la connaissance dans de nombreuses religions. Lucifer par exemple est d’ailleurs considéré comme un porteur de lumière dans de nombreux contes et légendes.

C Kheops

Vous noterez dans ce schéma, que les dimensions que je propose ne sont exactement celle qui sont proposé par les égyptologues ou d’autres auteurs moins académiques, j’ai pris la liberté de faire ce schéma avec la mesure exacte hypothétique pour en dégager la vitesse de la lumière en mètre par seconde. La différence avec les mesures officielles académiques ou non n’est que de quelques millimètres.

Je n’affirme pas que la vitesse de la lumière est codée, mais sincèrement je me pose la question, et je pense que chercher dans ce sens n’est pas dénué de sens. J’ai pu constater que les longitudes de ces deux sites sont distantes de 129.9792458°,  ce qui évoque de nouveau la vitesse de la lumière entre deux des plus imposants sites de pyramides dans le monde.

Quant à l’écart de longitude entre Gizeh et Teotihuacán, elle est exacte car les complexes font plusieurs centaines de mètres. J’ai donc recherché intuitivement et en toute logique le centre de ces complexes. Et à quelques mètres près j’obtiens un écart qui est exactement en référence avec la vitesse de la lumière. Les observateurs me feront remarquer que les continents ont du bouger si on en croit la tectonique des plaques. Mais pour ma part, je suis très sceptique quant à cette dérive dont on nous parle. Elle est possible, mais infime à l’échelle de l’humanité. Si vraiment les plaques avaient des mouvement significatifs à notre échelle, les pyramides et de nombreux monuments sur la planète ne seraient plus orientés avec une précision aussi fine sur les points cardinaux.

On peut également objecter que compte tenu de la taille de ces complexes il est facile de trouver ce qu’on veut comme écart de longitudes… mais ce n’est pas du tout mon avis, car les centres de ces complexes sont à quelques mètres près exactement 129,9792458° d’écart de longitude.

On pourrait alors dire, qu’on peut trouver cet écart de longitudes entres de nombreuses maisons partout sur la planète, mais là encore, nous avons bien à faire des pyramides, et les plus grosses et énigmatique de la planète, et ces monuments ne sont pas des maisons, se sont des constructions faites pour marquer, interpeller, laisser une trace… bref, il n’y a pas beaucoup de monuments de telle facture sur la planète et avec autant de similitudes symboliques telles que montrées dans le documentaire.


La superposition du plan au Sol de Gizeh avec celui de Teotihuacán.

Cette hypothèse n’est pas nouvelle, mais je me suis amusé à la vérifier avec Google Earth qui permet de superposer des images. Pour cela j’ai pris l’initiative de créer une pyramide artificielle entre les deux pyramides. En effet, il y un grand espace vide, parfaitement plat, comme si le terrain avait été préparé, mais sans jamais démarrer le travail de construction.

Capture 3 pyramides

Capture superposition guizeh teotihuacan

Le plan ci dessus illustre donc la superposition des pyramides au Mexique et en Égypte. Une mise à l’échelle est nécessaire car l’espace entre ces pyramides n’est pas identiques. Il y a 800 mètres au Mexique et un peu plus de 960 en Égypte entre les sommets des Pyramides.


Les nombres clefs 44 et 56

Je tente d’aborder les nombres qui se dégagent de cette géométrie. En effet, le nombre d’or en est un, mais il y a aussi des nombres que je trouve redondant dans les monuments que j’étudie. Le nombre 44 en est un. A Teotihuacán, les 44 carrés qui ont servit à orienter l’allée principale me font penser à beaucoup de chose : 440 coudées pour la grande Pyramide de Khéops, 440 la fréquence de la note LA par exemple. Et puis, ce qui est intéressant, c’est que ces nombres 44 et 56 révèlent facilement les dimensions de la grande pyramide de Khéops en mètres.

44 x 2,618 = la demi base de Khéops : 115,192.

J’ai donc fait rebondir l’intrigue jusqu’à Chambord, car Didier Coilhac avec qui j’ai pu échanger des mails et idées depuis quelques années, fait remarquer dans ses recherches que les nombres 8 et 88 sont omniprésents sur le château de Chambord. Il fait remarquer que la base du Donjon mesure 44 mètres et 56 mètres de haut.

Bref 88 x 2,618 = 230,384 (base de Khéops), et 56 x 2,618 est égal à la hauteur de Khéops : 146,608.

Pourquoi Chambord ? Parce que ce château est une véritable énigme, remplie de code géométrique et mathématique. Son emplacement par rapport à d’autres sites sacrées monumentaux est très surprenant, je montrerai cela dans le 3ème épisode je pense, après celui sur le Plateau de Cauria. RDV en fin d’été pour évoquer cet aspect.

D’ailleurs, sur le prochain documentaire en Corse, on verra apparaitre cette référence au nombre 44…. rendez vous le 21 mai pour ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *