Rencontre avec Mathieu Laveau

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

Le 31 janvier dernier, j’ai eu l’occasion de me rendre à une conférence à Crémieux. Mathieu Laveau y donnait une conférence à partir des travaux de l’association Horizon444. Cette association propose de découvrir via son site web les découvertes étonnantes de Georges Vermard depuis une bonne quarantaine d’année. Mathieu Laveau ayant pris le temps de vérifier son travail au départ, avec un certain scepticisme. Puis, son travail de vérification avançant, il se rendit petit à petit à l’évidence que ces choses étonnantes que Georges Vermard proposait étaient bel et bien valides.

Le sujet de la conférence portait entre autre sur les fresques Égyptiennes, y compris celle supposées avoir été produites avant la construction de Khéops, et dans lesquelles ont y retrouveraient les proportions et les angles de la pyramide de Khéops.

IMG_2171 IMG_2172


J’ai pour ma part pris le temps de découvrir leurs recherches et les propositions géométriques sur le plateau de Gizeh. L’ensemble de ce travail est, il est vrai, très troublant. J’ai pris le temps de vérifier un certains nombres d’informations, de propositions mathématiques données par ces derniers. Si dans l’ensemble je suis d’accord avec leurs découvertes géométriques et mathématiques, je constate aussi quelques points ou mes calculs et mesures divergent sensiblement. Mais sur le fond, je n’ai pas grand chose à redire.

Le principal problème dans ce type de recherche, c’est qu’ils ont opté pour des dimensions de la grande pyramide de Khéops qui sont un peu différentes de celles données par d’autres auteurs. Même s’il s’agit d’un écart de quelques centimètres, cela ne modifie que très peu les calculs et coïncidences troublantes qu’ils mettent en avant. Peut être que cette incertitude, ce petit jeu de quelques centimètres est aussi là pour nous interpeller sur l’impossible perfection de l’humain et de ses réalisations.

Bref, ils partent du principe que la hauteur de Khéops est de 146,608 mètres (280 coudées de 52,36 cm). A peu près toutes les sources sont d’accords pour dire que cette hauteur est probablement celle d’origine qui avait été pensée et voulue par les bâtisseurs. Ensuite, c’est sur la largeur de la base qu’il y a une différence. Mathieu Laveau et Georges Vermard donnent 230,291 mètres, là ou plusieurs sources évoquent 230,35 à 230,384 mètres (440 coudées). Ces quelques centimètres de jeu, ne modifient que très peu les résultats des calculs mathématiques et géométriques qui mettent en évidence des relations troublantes quant à la fonction des ces pyramides.

Je vais oser une hypothèse audacieuse : Est ce que les différences dans les dimensions des quatre cotés de base de la pyramide de Khéops ne sont pas volontaires ? Quand on prend conscience de la précision de nombreuses réalisations très anciennes comme les alignements mégalithiques, on est surpris de certaines erreurs. Les valeurs d’aujourd’hui sont au sud de 230,454 m ; au nord 230,253 m ; à l’ouest 230,357 m ; à l’est 230,394 m. Et si on devait utiliser plusieurs valeurs pour justement faire face à cette incertitude, et y intégrer plusieurs notions géométriques. En effet, si on fait varier de quelques centimètres un des cotés, cela permet de mettre en évidence plus de relations géométriques qui sont très proches. Par exemple, plusieurs hypothèses suggèrent que la hauteur de la pyramide à un rapport de √φ avec sa 1/2 base. Mais Mathieu Laveau et Georges Vermard, propose plutôt un rapport de 4/π. Comme 4/π est sensiblement différent de √φ, ne pourrait on pas envisager que les différences constatés soient volontaires afin d’y intégrer ces deux hypothèses et donc un plus grand nombre d’informations numériques.

Le rapport hauteur et 1/2 base sur le socle est compris objectivement entre : 1,2734, et 1,2723 (avec le socle 1,2663). Bref, les rapport 4/π et √φ sont compris dans cette fourchette.

Howard Crowhurst dans un de ces DVD montre que la différence d’orientation des 4 faces de la pyramide pourrait être volontaire, afin de compenser l’effet de courbure de la terre en relation avec l’obélisque d’Héliopolis.

Je vous propose de découvrir une vidéo de Mathieu Laveau pour vous faire une idée et vous donnez envie d’aller plus loin.

 

 

Là ou je diffère un peu, c’est dans les conclusions quant à la signification de tout ça. En effet, je ne vois pas dans toutes ces concordances, la preuve de l’existence du divin dans lequel nous devrions avoir foi, mais plutôt la preuve d’une connaissance et réflexion scientifique, philosophique, artistique, astronomique….. très poussée de nos ancêtres. Ces derniers ayant parfaitement conscience que l’Univers est régit par des lois, des principes premiers qui n’ont rien à voir avec le hasard, mais sans pour autant y voir une preuve du divin dans lequel nous devons avoir foi à tout prix. Je pense que nos ancêtres ont déterminés les dimensions des monuments et des unités de mesure de manière à faire coïncider un certains nombres de faits astronomiques de notre univers Soleil, Terre, Lune. L’objectif étant non pas de nous suggérer d’avoir la foi, mais plutôt de nous donner « la connaissance » à travers une pensée synthétique, malgré une très grande complexité, ce qui fondamentalement différent.

Finalement, si je suis d’accord sur le fait que les pyramides sont un langages géométriques et mathématiques, je n’avance pas l’idée que le message est de nous dire que l’univers est une organisation purement divine, même si je suis d’accord pour dire que beaucoup de lois qui régissent l’univers et la vie ne sont pas hasardeuses, elles sont mathématiques. Chacun est libre de donner un sens à ces choses là. Je suis également d’accord pour dire, comme Georges Vermard dans la conférence de Janvier 2013, qu’ils s’agit bien d’une construction de nos ancêtres sans l’usage de magie et autres hypothèses fantastiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *