RETOUR DE CORSE : LE CODEX MÉGALITHIQUE DE CAURIA

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

Je viens de rentrer de Corse ou j’ai pu filmer, photographier, mesurer, repérer et valider le contenu du documentaire dont le titre sera : « Le codex mégalithique de Cauria. »

J’ai pu vérifier l’orientation précise des files de menhirs de Stantari et de Rinaghju. Axe nord sud parfait pour les 6 files de menhirs encore debout et restaurer en respectant l’emplacement d’origine avec les pierres de calages déjà existantes.

DSC_0051

J’ai pu aussi relever avec précision l’emplacement des files de menhirs invisibles du ciel à cause de la végétation. Notamment sur les alignements de Rinaghju, mais aussi en partie ceux de Pallaggiu et les menhirs perdus et oubliés dans un maquis épais rendant certains menhirs invisibles à moins de se trouver à un ou deux mètres. Ce travail de terrain m’a permis de découvrir un nouvel alignement avec une orientation et position relative exceptionnelle validant les premières découvertes.

DSC_0105

DSC_0173

Qui pourrait croire en regardant de simples pierres dressées que s’y cache une telle science, une telle maitrise de la géolocalisation dans un terrain qui n’est pas plat du tout ?

IMG_2553

Dans le documentaire qui sortira au mois de Juin, je vous montrerai que ces bâtisseurs utilisaient une unité de mesure improbable pour des monuments que les archéologues dates jusqu’à – 5700 ans. Mais le plus étonnant sera l’agencement des éléments entre eux sur des distances importantes. On repousse les limites de la connaissance en Corse du Sud.

J’ai aussi visité l’étonnant sanctuaire de Cucuruzzu. Une montagne ou se mélangent des blocs de granits naturels de plusieurs centaines à plusieurs milliers de tonnes, avec une végétation abondante, donnant l’impression d’évoluer dans un décors de Merlin l’enchanteur. Ce mélange de pierres énormes, de chênes, de ruisseau, le tout avec une vue extraordinaire sur les aiguilles de Bavella procure une émotion indescriptible de plénitude. Ce site, vous le découvrirez fait partie des éléments clefs du documentaire, tout comme les aiguilles de Bavella qui sont des menhirs naturels que nos ancêtres ont intégrés dans leur choix géométriques.

DSC_0245 DSC_0246 DSC_0261

Clément le réalisateur et Lucie la narratrice sont déjà en action pour préparer le documentaire, l’affiche et une bande d’annonce à la hauteur des informations qui seront présentés dans ce documentaire d’une trentaine de minutes. Rendez vous dans quelques semaines pour la sortie en libre accès sur Youtube et Facebook. Puis, sur quelques WEBTV pour en parler après la sortie, car il y aura toujours des choses à dire et ajouter.

Comme vous je suis impatient de livrer ce documentaire qui bouscule encore un fois, à partir de faits objectifs, mesurable, donc scientifique, nos croyances concernant nos ancêtres. Oui, je dis que cela est scientifique, car on peut le mesurer. La science objective repose sur la mesure, plus que sur la spéculation et les consensus. Qu’importe si ces mesures entrent en totale contradiction avec les consensus historico-scientifiques actuels. Les mesures sont là, les menhirs sont là, tel un langage binaire, ils attendent qu’on leur prête une attention particulière.

Comments

  1. Super intéressant et qui prouve, une fois encore, que les connaissances de nos ancêtres étaient loin de celles de simples sauvages comme on veut encore essayer de nous faire croire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *