DE LA COUDÉE DE NIPPUR A LA COUDÉE ÉGYPTIENNE.

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

La coudée de Nippur est la plus ancienne règle graduée retrouvée par des archéologues. Sa datation est estimée officiellement au III millénaire avant JC. Elle serait ainsi antérieure à la construction des pyramides de Gizeh.

En 1916, l’archéologue allemand Eckhard Unger, alors conservateur du Musée archéologique d’Istanbul, identifia et décrivit un étalon de mesure de longueur, retrouvé peu de temps avant lors de fouilles à Nippur. Cette « coudée de Nippur[2] », datant du début du IIIe millénaire avant JC. est considéré aujourd’hui comme le spécimen le plus ancien d’un instrument de mesure gradué. Le système de mesure de longueur de l’Égypte ancienne en est déduit directement, ainsi que celui des Romains, par intermédiaire de ces derniers. Il s’agit d’une trouvaille de premier plan pour la métrologie historique (extrait du dictionnaire : http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Nippur/fr-fr/).


Quel est donc le lien entre la coudée de Nippur et la Coudée égyptienne ?

Les métrologistes historiques, à force d’études des mesures anciennes, ont déterminé des principes simples et ont commencé à démontrer dès le début du 19ème siècle que les unités antiques avaient toutes une origine commune, (Voir Gosselin et Jomard), à savoir une ancienne mesure universelle dont est déduite toutes les autres.

Par exemple, il y a des rapports simples  » en nombres entiers qui se suivent  » entre les mesures du pied Grec et du Pied Romain (29,63cm). Ce dernier était divisé en 16 doigts (1,852 cm) ou 12 pouces (2,469 cm).

  • Un pied Romain = 24/25 de pied Grec (attesté par les métrologues)
  • Un pied Romain = 35/36 de pied Anglais (attesté par les métrologues)
  • Plus étonnant, un pied métrique de 0,3333 m = 18 doigts / 16 doigts = 29,63, soit le pied Romain

Les diviseurs 24 et 36 répondent du système sexadécimal, attesté au minimum au III millénaire avant notre ère.

Partant de ce principe, on observe que le rapport entre la coudée de Nippur et la coudée égyptienne est de 99/100

51,84 ± 0,02 / 99 x 100 = 52,36 cm

Et alors ! vous allez me dire ?

C’est important, car les 440 coudées, qui sont la mesure de la base de la grande pyramide deviennent 444,4 coudées de Nippur. Et la hauteur de 280 coudées, devient 282,8.

Oui, et alors ?

Bin il faut lire la suite !


La coudée de Nippur et le nombre d’Argent (δ)

2,828, c’est la racine carré de 8 (√8=2,828). Ce n’est pas anecdotique du tout, car c’est aussi 200 fois la racine de 2 (√2=1,414) : 200×1,414 = 282,8

La mesure de la hauteur de la grande pyramide en coudée de Nippur exprime 200 fois le nombre d’argent 1,414. (δ)

Le nombre d’argent est peu connu, il vaut √2 (1,414), et ressemble au nombre d’Or en terme de propriétés mathématiques.

1,414 + 1 = 2,414

1 / 2,414 = 0,414

1,414 – 1 = 1 / 2,414


Et le nombre PI avec la coudée de Nippur ?

Ce nombre d’Argent est aussi la mesure de la diagonale d’un carré qui vaut 1 unité. Or si on regarde la diagonale de la base de la grande pyramide de Gizeh et qu’on la mesure en coudée de Nippur cela donne 628,43 coudées, soit 200 fois π.

Il est tout de même étonnant d’observer qu’en Coudée de Nippur la hauteur de la grande pyramide mesure 200 x le Nombre d’argent δ et que la diagonale de la base de la pyramide mesure 200 x π !


Le nombre d’argent est exprimé aussi dans la chambre principale de la grande pyramide de Khéphren. Mais, là c’est en mètres, car la longueur de cette chambre est de 5 m par 14,14 m.


De la coudée de Nippur aux mesures romaines.

La coudée égyptienne est divisée en 28 unités qu’on appelle  » doigt « . Mais si on divise la coudée de Nippur aussi par 28 doigts, on s’aperçoit qu’un doigt vaut 1,8514 cm. Or cette mesure c’est aussi la valeur du doigt romain à ±0,05% (2000 ans plus tard). Cette observation métrologique simple montre comment les unités de mesure qui nous pensons qu’elles n’ont aucun rapport, sont en fait issue d’une seule et même unité de mesure ancienne que les peuples ont subdivisée en différentes fractions simples.

  • Un pied romain mesure 16 doigts : 1,852 x 16 = 29,63 cm
  • Une coudée de Nippur mesure 28 doigts : 1,852 x 28 = 51,84 cm ±0,02

Soit un rapport de 4/7 entre la coudée de Nippur et le Pied romain, qui montre clairement que les mesures Romaines sont issues d’une ancienne unité de mesure, la coudée de Nippur, elle même issue de la Coudée Égyptienne.

Et pour terminer, nous notons que le doigt c’est 1/100 000 d’une minute de degré de méridien moyen, avec une précision de 99,95%. Ce qui laisse entrevoir que les Anciens avaient déjà mesuré la Terre. Et je vous renvoie à mon précédent article ou j’ai signalé que le périmètre de la grande pyramide mesure une demi minute d’arc du méridien de la Terre, avec une précision de 99,98%, ce qui est équivalent à la mesure réalisée par Méchain et Delambre à la fin du 18ème siècle, à l’issue de 7 années de mesures, et 9 années de calcul…


Petite conclusion :

Il semble de plus en plus évident que les unités de mesure anciennes sont toutes issues d’une seule et même culture, ou connaissance-mère. Et cette mesure semble clairement être le résultat d’une très ancienne mesure précise de la Terre. Les historiens attribuent à Ératosthène la première estimation de la mesure de notre planète. Mais ce dernier, qui a passé plusieurs années de sa vie en Égypte, notamment dans la grande bibliothèque d’Alexandrie, n’a probablement tenté qu’une vérification d’informations déjà connues.

Ce serait une erreur que de croire que les Anciens étalonnaient leur mesure sur des valeurs approximatives et variables, issues de différentes parties du corps humain. Les Anciens, qui ont démontré de grandes compétences en architecture, ne pouvaient le faire sans l’usage de mesures invariables. Cette mesure invariable, ce n’est autre que la taille de la Terre. Les métrologistes historiques sont induits en erreur par l’appellation des fractions de la Terre que donnaient les Anciens à leurs étalons. Les Anciens donnaient aux règles graduées des noms simples et évocateurs :  » brasse, coudée, pied, palme, pouce, etc.  » mais il ne s’agissait que d’un système de division plus imagé que le nôtre. Aujourd’hui, au lieu de diviser une mesure en  » coudées, pieds ou pouces « , on divise en base décimale, en mètres, décimètres, centimètres…

Les Anciens n’ont certainement pas établi leurs mesures sacrées sur la taille d’un hypothétique pied de roi, mais bien sur un étalon invariable qu’est la mesure de la Terre. Les métrologistes historiques comme Gosselin l’ont déjà démontré en 1819… l’avons-nous oublié ?

Recherches sur le principe, les bases et l’évaluation des différents systèmes métriques linéaires de l’antiquité, par Gossellin Pascal-François Joseph – 1819 – bpt6k62255097

Comments

  1. Bonjour,
    en premier lieu, « beau travail », j’ai dévorer tout ce site, ce qui sous-entend le second lieu, est il possible d’accéder aux articles protégées ?, et, si oui, comment ?
    merci d’avance,
    bruno.

  2. Merci Quentin de cette belle recherche et explication . Juste une ptite remarque  » analogique  » :
    1 coudée de Nippur = 51,84 cm ……… angle de Khéops = … 51,84 ° . (!)
    1 doigt de Nippur = 1,852 cm ……… 1 mile nautique = … 1852 m . (!)
    Bonne continuation ( les images par drone du lever de soleil au solstice 2017 à Carnac sont elles réussies et donc belles ? )

  3. Bonsoir Philippe K,
    Tu donnes des idées :
    la coudée de Kheops – la coudée de Nippur : 52,36 cm – 51,84 cm = 0,52 cm ; soit la coudée royale divisée par 100 !
    Les deux rapports entre ces deux nombres sont 101 et 99, précisions dans les cent-millièmes.
    La coudée de Nippur représente donc 99% de l’angle du 6ème d’un cercle qui est égal à 52,36°
    Ce 1% exact de différence dans le rapport entre la coudée de Kheops et celle de Nippur, pourrait rappeler l’étalonnage de la pièce Vernier coulissante et la partie fixe du pied à coulisse qui détermine avec une grande précision les mesures métriques.

  4. Bonjour,

    Très intéressant tout ceci, mais de formation scientifique je m’interroge sur le fait de mettre autant de chiffres après la virgule pour des mesures de distance et d’angle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *