LA VÉRITABLE ORIGINE DE LA SAINT VALENTIN


Si nous vous disions que les plus anciennes traces de cette fête sont vieilles d’environ 7000 ans. Que cette fête est exprimée symboliquement dans un système mégalithique à Carnac. Il s’agit d’une fête reliant la terre, le ciel et l’humain à travers l’astronomie, la géométrie et les nombres.

Le 14 février le soleil se lève dans l’axe du plus grand menhir de Bretagne, un des plus anciens probablement, et le tumulus dolmen de Kercado, là encore un des plus anciens tumulus dolmen de Bretagne. Ces deux monuments érigés à la même période étaient des points hauts, visibles à l’horizon, permettant de faire des observations astronomiques et des opérations de mesure et d’arpentage.

Pour ma part, j’avais constaté en 2017 qu’il y avait 10 000 yards mégalithique entre ces deux monuments, ce qui a aiguisé la curiosité de mon ami Howard.

Howard Crowhurst à enrichie cette découverte en décembre 2018 lors d’une conférence que vous pouvez retrouver ci dessous et ou il fait part de l’observation astronomique et numérique le 14 février entre ces deux monuments :

 

La distance entre ces monuments est particulièrement importante, elle est de 10 000 yards mégalithique. Quel rapport entre la mesure et la Saint Valentin ? Il y en a un. Il y a de cela quelque temps, je recevais un mail de Mme Anne Léa Le-Goff me signalant qu’en langage Sumérien, le pictogramme pour le mot « mesure » et « aimer » était le même. (Source René Labat)

En poussant la réflexion un peu plus loin avec Marion, (qui partage ma vie), nous nous sommes aperçu qu’en effet, ces mots étaient interconnectés. Par exemple, si je dis avoir beaucoup d’estime pour la femme de ma vie, c’est parce que je l’aime que j’ai autant d’estime. Mais le mot « estimer » sert aussi à mesurer… J’estime la longueur de cet objet, j’estime son poids, j’estime la valeur….

En latin, le mot « amare » deviendra le mot « aimer« , puis le mot »aestimare » qui donnera naissance au mot « estimer« .

Poussons, plus loin encore avec le mot esthétique. Ce qui veut dire apprécier la beauté de façon estimative, avec nos sens… car le mot « esthétique » provient du mot Grec « aisthète« , qui veut dire : sentir, percevoir ou estimer par les sens de » l‘affectivité »… entendez pas là, le sens de « l’amour« .

Vous comprenez dès lors pourquoi, il y a un pont inévitable entre l’amour et la mesure.

 

La symbolique de l’amour entre le dolmen et le menhir est claire et limpide. Le 14 février, lorsque le soleil se lève, l’ombre du grand menhir se retire de la chambre du dolmen le 14 février, lorsque le soleil se lève, symbolisant ici l’acte d’amour de la femme et de l’homme effectuant l’acte de donner la vie… qui deviendra plus tard, « faire l’amour ».

 

Mais qu’y a t’il de particulier encore le 14 février ?

Il s’agit d’une division astronomique et symbolique du temps reposant sur la suite de Fibonacci et le nombre d’or.

 

 

En Égypte aussi, cet axe est marqué, puisque le 14 février le soleil se lève dans l’axe de la chaussée processionnaire de la pyramide de Khéphren.

 

On peut aussi citer le site de Baalkek, puisque là aussi, le soleil vient se coucher dans l’axe du temple le 14 février.

 

La liste des sites marquant cette date est longue… à vous de les découvrir…

 

Merci à Howard et Marion sans lesquels ces recherches n’auraient pu prendre de telle dimension. Merci aussi aux internautes qui se reconnaitront, et qui de temps en temps partagent avec moi le fruit de leur réflexion.

Quentin Banizette-Leplat

Le 14 février 2020

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.