A PROPOS

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

Je m’appel Quentin Leplat. Comment en suis je arrivé là ? Après un bac Science et Technique de l’Ingénieur option génie mécanique, je suis entré à l’UFR Science et Technique des Activités Physique et Sportive. Aucun rapport vous allez me dire ! Mais ce fut passionnant, les études pour devenir professeur de sport sont riches, car nous devons étudier la biologie, la physiologie, la nutrition, la psychologie, la sociologie, la bio mécanique et d’autres activités du même tonneau.

Nous en ressortons en étant expert en rien, mais avec un bagage de connaissances scientifiques multiples qui permet d’appréhender les choses dans leur globalité et d’en saisir les interactions. Nous devenons à force de pratique, spécialiste dans la compréhension de phénomène complexes.

En matière de recherche alternative sur les anciennes civilisations, cette approche permet de ne pas se focaliser sur un point, mais de tenter de comprendre les choses en intégrant toutes les composantes (astronomie, géométrie, métrologie, géographie, sociologie, anthropologie….)

Certes, mais, qu’est ce qui m’a amené à animer ce blog et à approfondir le sujet passionnant qui consiste à comprendre la pensée (scientifique, artistique, philosophique…) des premières civilisations ?

Il s’agit du documentaire de Patrice Pooyard : La révélation des pyramides. Ce film, bien que comportant de nombreuses fragilités, met en évidence et popularise des faits très peu connus qui gagnent à l’être, mais qui ne sont que l’introduction d’une découverte beaucoup plus vaste de notre histoire.

Le fait le plus étonnant de ce film, c’est qu’il démontre que les gens qui ont construit la grande pyramide de Khéops, employaient au minimum deux unités de mesure : la coudée royale et le mètre. Or, il est en théorie impossible que le mètre fusse employé à cette époque. C’est le point fort de ce film, c’est celui sur lequel personne n’a pu contredire, sauf au point de se ridiculiser par l’usage des biais d’infirmations de piètre qualité. D’ailleurs, les Égyptologues et historiens au courant de ce fait se gardent bien de le commenter, car ils savent qu’a part invoquer le hasard équivalent à gagner 3 fois de suites au loto, ils n’ont pas d’autres arguments.

Pensez aussi à lire mes critiques, elles illustrent la prise de recul à propos des informations et hypothèses du documentaire. (Le doc à voir sur Youtube). J’attire d’ailleurs votre attention, sur le fait, que je n’ai pas de théorie à vendre, de vérité à vous proposer. Mon travail est libre, tout vous est proposé gratuitement. Je ne fait que proposer des réflexions, des méthodes d’analyses que nous n’avons pas pour habitude de faire. Je sais très bien que cela peut heurter nos conceptions de l’histoire de l’humanité, mais rien ne vous oblige à y adhérer, encore moins à me lire. Je rédige ce blog avant tout pour le plaisir…. celui de partager les énigmes qui nous entoure. J’invite beaucoup plus à la réflexion qu’a me croire !

J’ai commencé ce travail de recherche fin 2012, et je n’ai commencé à publier ce dernier début 2016. Bien m’en a pris, car cela m’a permis de progresser très vite, car j’ai du faire de très gros efforts de préparation, de vérification, de documentation. J’ai aussi du répondre à des questions pertinentes ou pas, ce qui m’a permis d’améliorer sans cesse mes méthodes de recherches, et d’aiguiser mon argumentation. Mes premières publications ne sont pas toutes pertinentes, car personne ne peut avancer sans faire d’erreur, mais plus j’avance avec passion et plus mes publications deviennent redoutables, simples, percutantes et objectives.

Les découvertes que je fais m’apporte beaucoup de joie, mais elle dérange aussi les consensus. Mais l’histoire véritable ne s’encombre pas de consensus, je n’ai pas à me soumettre à une vision de l’histoire, je n’ai pas le soucis de la conformité pour faire partie du monde universitaire. Je rassemble des faits qui entrent en cohérence, et s’il ne colle pas à l’histoire, c’est l’histoire qu’il faut réécrire et non les faits qu’il faut nier.

Démystifions un peu cette fable qui voudrait que nous, homme du 21ème siècle, avec nos « Ipoules 7+ » sommes la société la plus aboutie n’ayant jamais foulée la terre : 

  • Bien avant Galilée les hommes savaient la terre ronde et en connaissaient sa taille exacte.
  • Bien avant Christophe Colomb les hommes connaissaient l’Amérique et tout le reste du monde.
  • Bien avant nos géographes post révolution Française, les bâtisseurs de la Pyramide connaissaient l’étalon de mesure : LE MÈTRE, la SECONDE et même la GRAVITE.
  • Bien avant nos physiciens du 20ème siècles, des hommes semblaient connaitre des constantes comme, le nombre d’Euler.
  • Bien avant nos meilleurs astronomes munis de télescopes et ordinateurs, les civilisations de l’antiquité connaissaient les cycles d’oscillation de la terre et ils connaissaient sa durée.
  • Bien avant nos télescopes, les hommes avaient identifier les planètes Uranus, Saturne, Jupiter et leurs satellites respectifs. Ils avaient compris que Saturne disposait d’un anneau que la mythologie appelait serpe de Chronos.
  • Bien avant l’invention du GPS, des satellites et ordinateurs, des gens ont été capable de mesurer des distances et des angles sur de très longues distances, mettant en évidence leur parfaite capacité à cartographier le monde.

Et bien d’autres choses que nous n’imaginons pas….

Pendant 1000 ans des civilisations au Pérou (Pyramide de Caral) ont vécus en des temps reculés sans qu’on ait trouvé le moindre indice de conflit interne ou de guerre extérieure ! Ce que les Archéologues ne comprennent pas, car cela va à l’encontre de toute les théories selon lesquelles les civilisations se sont formées en raison des conflits entre les peuples, soit pour se protéger, soit pour conquérir. Et bien non, une civilisation plus ancienne que la vielle Égypte (en théorie) au Pérou à prospérée dans la paix, sans obscurantisme impliquant les sacrifices humain et autres travers d’un humain dont la nature n’est pas aussi noir qu’on nous le fait croire.

 

Comments

  1. Bravo, belle démonstration, et que penses-tu de cette référence au 44 : le diapason en musique donne un LA 440 hz ?

    1. Oui, vous avez raison, j’ai évoqué la référence à la note LA de 440 Hz dans les articles en complément. Mais il y a encore plein d’énigmes autour de la signification des ces nombres qui semblent dissimulé dans la géométrie.

  2. je ne comprendrai pas grand chose.Trop fort pour moi.Mais c’est passionant
    De toute façon,il y a plus d’espoir à penser qu’il y aurait un passé donc un avenir,plutôt que notre unique civilisation allant vers une fin finale sans suite.
    Ceci quoique,si le soleil doit s’éteindre dans 5 Mds d’années,je ne nous vois pas tenir jusque là…
    Mais peut-on faire un rapprochement entre l’étude de civilisations successives avant nous actuellement,et la conception cyclique du temps et de l’univers des Anciens,bien que ce ne soit pas tout à fait sur le même plan, et qui correspondait avec la définition d’Héraclite:
    « Ce monde,ni homme ni dieu ne l’a fait mais feu éternel qui s’allume et s’éteint à son propre rythme » ?

  3. Très bon site, excellent. Suite au film de Jacques Grimaud j’avais trouvé que la longitude de la grande pyramide de Gizeh était le chiffre de la vitesse de la lumière ce que l’on retrouve chez vous: félicitation.
    Puis je me suis intéressé, aux « murs inca ». Ces pierres ont été « moulées » vers le haut. Prenez une photo de mur et retournez la, la tête en bas, vous comprendrez.
    Si jamais vous pouvez m’envoyer votre adresse mail, j’ai fait un power point pas mal sur ce sujet.

    1. La découverte du site de Quentin leplat est une bonne nouvelle pour tous ceux qui cherchent la réponse aux multiples énigmes sur l’origine de l’humanité ou plutôt des humanités successives. Je fais ma part de travail sur mon site.
      http://www.jocast.fr :L’origine de l’humanité:Les preuves?

      Je suis interéssé par votre powerpoint sur les pierres moulées vers le haut.
      Alien-theorie@jocast.fr

    2. Je suis moi-aussi très intéressé sur le sujet des murs polygonaux, j’ai testé votre idée de retourner une photo mais je n’ai rien vu de particulier…
      Pouvez-vous m’envoyer votre power point, je vous en serait très reconnaissant.
      seb.adgie@hotmail.fr

  4. Bonjour,

    j’ai vu votre entrevue sur Nuréatv. je me demandai si vous aviez lu les livres de Stéphane Cardinaux, « géométries sacrées » tome 1 et 2.
    Dans le tome 2 Page 171, il fait une analogie fort intéressante entre emplacements des monuments du site Teotihuacán et le relief montagneux en arrière plan.

    Merci pour tout.

    1. Bonjour. Non je ne connais pas cet auteur. Mais je connaissais cette idée que la montagne au nord du complexe aurait servit pour aligner les monuments dessus. Cette hypothèse est même évoqué dans les documentaires classiques. Mais pour aligner cette ville sur des élément naturel il en faudrait un autre point naturel. Pour le moment, je sais que la position de cette cité sur le continent américains n’est pas du tout un hasard. Mais je ne suis pas sur que la montagne en question soit le bon élément. Howard Crowhurst me faisait remarqué qu’il y avait une arche naturelle au sud de la ville, c’est peut être ça le point de visée. Je vais creuser un peu cette questions. Merci de votre visite.

      1. Bonjour,

        avant de les acheter en vrai parce que ce sont des livres importants quand on s’intéresse à la géométrie sacrée, je vous invite à découvrir ces livres en format pdf: http://livresatelecharger.terrenouvelle.ca/book-auteur/cardinaux-stephane/

        En vous écoutant attentivement, je me doutai un peu que cet auteur vous étais inconnu et je pense que la lecture de ces livres vont vous ouvrir à de nouvelles perspectives.
        Bonne découverte.
        Pascal

  5. Bonjour,

    Et merci pour votre documentaire sur Teotihuacán extrêmement instructif. Votre vidéo sur les positions des menhirs m’a fait beaucoup réfléchir et j’ai décider de tenter la même chose avec les dolmens de mon département le Lot. il y en auraient entre 500 et 800 donc difficile de les répertoriés pour le moment. Je vous tiendrai au courant si je trouve une pattern.

    Par contre je viens de voir une vidéo de Howard Crowhurst qui devrait beaucoup vous intéresser, qui s’appelle Aux origines de la mesure, de l’espace et du temps megalithique:
    http://www.baglis.tv/esprit/terre-mere/138-aux-origines-de-la-mesure-de-l-espace-et-du-temps-megalithique.html
    Par contre, malheureusement, c’est payant. Sauf si…

    Bonne continuation et bonne chance pour la suite.

    1. Bonjour. Oui, je connais bien les vidéos de Howard, elle sont excellentes, je dirais même qu’il est le pionnier en France, voir au delà, d’une méthode rationnelle et scientifique pour démontrer les connaissances prodigieuses de nos ancêtres.
      Je suis certains qu’il y a des choses extraordinaire à découvrir avec tous les mégalithes, ils reposent tous sur la même science… n’hésiter pas à m’en faire part, et même à m’envoyer un article si vous voulez le publier sur le site.

  6. Bonjour,

    Pourriez-vous m’expliquer comment on fait les architectes de Chambord pour pouvoir positionner le chateau sur la meme ligne que celle qui passe par la pyramide et le mont saint michel s’il vous plait?

    en d’autres termesm, Quels outils etaient a leur disposition pour pouvoir localiser precisemment un lieu par rapport aux etoiles qui « bougent » (puisque en fait c’est la terre qui bouge).

    Merci d’avance pour votre reponse.

    Fred

    1. Bonjour.

      Les architectes de l’époque de Chambord n’avaient pas les moyens techniques d’établir le plan global que je présente dans la webconférence « La connexion mégalithique ». Ils savaient certes produire des cartes intéressantes, mais la précision n’était pas encore remarquable comme les cartes de Cassini dont la précision était déjà intéressante. En revanche, ce qu’on observe c’est que les bâtisseurs de mégalithes, avaient une sciences de la géolocalisation d’une précision époustouflante, que nous n’avons atteint que récemment. La plupart de ces monuments que l’ont peut mettre en relation, repose sur des emplacements mégalithiques à une époque antérieure, où un savoir faire existait en la matière. La question de savoir comment ils faisaient reste une énigme.

  7. Merci pour votre reponse.

    Cependant, les navigateurs autrefois avaient bien un moyen de determiner leur position dans l’ocean par rapport aux etoiles? Sinon comment faisaient ils pour naviguer?

    Ainsi, en sachant determiner sa position par rapport aux etoiles, on peut comprendre comment ils ont pu aligner des constructions sur une meme ligne.

    Qu’en pensez-vous?

    Merci d’avance pour votre reponse

    1. au fait, je viens de lire sur le site que : 230.38 / 56 = 5.2359, mais apres verification: 230,38/56, cela fait 44,1139 et non pas 5,2359… que doit-on en conclure???

      merci

      1. Oups, en fait il y a une erreur dans le texte sur le site, il faut diviser par 44 et non 56 pour tomber sur 5,2359.

  8. Bonjour,
    Je voulais vous féliciter pour votre travail et surtout pour votre honnêteté intellectuelle car non seulement vous citez vos sources (!) mais en plus vous mettez dans le même document des éléments de M. Coilhac et de M. Grimault alors que le premier est un ennemi juré du deuxième (à cause de l’histoire du Colonel Mouny).
    Vu ce qui s’est passé entre M. Grimault et M. Pooyard récemment, ça ne peut qu’être à votre honneur !
    Si vous ne connaissez pas, je vous invite à essayer de vous procurer les écrits du Colonel Mouny notamment sur l’Egypte. C’est très très intéressant même si M. Grimault dit que toutes les informations qui y sont mentionnées viennent de lui.
    Bon courage !

  9. L’intérêt pour d’éventuelles civilisations avancées dans le passé n’est pas nouveau. Ce courant (= réalisme fantastique) est né dans les années 60 avec la publication de la revue PLANETE, dirigée par Jacques Bergier et Louis Pauwels. Vers cette époque, en Allemagne, Erich von Daniken élaborait sa théorie des anciens cosmonautes C’était avant la conquête de la Lune.
    Félicitations pour votre site et vos recherches.

  10. (Après avoir vu vos vidéos sur YouTube)

    Salut,

    Bravo pour votre travail. Car j »imagine bien les nombreuses heures passées à chercher, à mesurer et à calculer, avant d’obtenir des résultats incroyables. Il y a ensuite le boulot du montage vidéo. Le résultat est vraiment sympa à regarder. « L’angle » d’attaque que vous utilisez pour étudier les vestiges du passé, à savoir la géométrie, est une piste très judicieuse.
    Mais je me permets de vous faire 2 remarques.
    Premièrement, prenez le temps d’expliquer clairement ce qu’est un triangle 3-4-5, Phi et compagnie, de manière pédagogique, pour que tout le monde puisse comprendre. Ce qui vous semble évident, ne l’est pas pour tous. Imaginez que vous vous adressez à des enfants. Et donnez-nous les outils de la compréhension.
    Deuxièmement, soyez très prudent avec le « hasard ». Cela serait une erreur d’avoir pour postulat que toutes les géolocalisations antiques ont une relation géométrique intentionnelle. Car même la Nature sait produire cela, par exemple (parmi des milliers d’autres) : avec l’île de la Réunion, l’île Maurice, et le tropique du Capricorne, et bien on observe un magnifique triangle 3-4-5 (l’angle droit sur Port-Louis). Exemple exotique, mais bon, que je connais bien… Bref, faudrait-il en conclure que l’activité volcanique naturelle a une conscience géométrique ? De plus, la multitude des sites archéologiques dans le monde offrent beaucoup de possibilités pour observer des combinaisons géométriques… Comme lorsque l’on observe les étoiles… Donc il me semble important d’insister sur la contingence.
    Vous sous-entendez (et vous avez raison) que les anciens bâtisseurs avaient des connaissances supérieures aux nôtres. Je partage aussi cette idée, mais pour faire cette longue démonstration, il ne faut faire aucune erreur. Car sinon tout cela ne restera que de l’intuition et deviendra un rêve évaporé…

    Merci pour votre contribution à la compréhension de notre monde.

    1. Bonjour.
      J’ai vu passé déjà ce genre d’information. Il y a de toute évidence des mégalithes authentique en Russie, mais certaines photos ne me semble pas authentique et convaincante, il s’agit pour moi de blocs de roche naturelle qui se sont fracturé suite aux épisodes de gèle et dégelè de la roche, le tout avec une forte érosion et exposition au soleil. La roche en se fracturant peut prendre des formes très proche de figure géométrique étonnante. Ces rochez peuvent aussi être des restes de couches sédimentaire dont ne subsiste que la partie la plus dure, formant ces étranges piles de blocs de roche. On a aussi d’autres exemples de roche étrange, la lave de basalte en se solidifant forme des colonne de pentagonne comme la chaussée des géants. Certains informations sont à prendre avec des pincettes….

  11. Bonjour Quentin, merci de nous faire decouvrir ces anciennes civilisations.. J’adore… Pour ma part je suis francaise, et je vis en Bolivie.. Je suis passionnee par TIWANAKU entre autre.. Un site qui date de 15 a 17000 ans et a chaque fois que nous y allons a chaque fois la meme question ..Comment ont ils ont fait cela… C’est impressionnant… J’espere aller a TEOTIHUACAN…

  12. Bonsoir
    Je recherche un dolmen situé prés de Carnac et sur la petite route vers Rennes.
    J’ai visité ce site en 92 mais je ne retrouve plus son adresse.
    Particularité:une inscription sur un panneau sur le site.
    Je cite:Les hommes ne sachant plus ériger de dolmens, il construisirent des cathédrales.
    Si vous avez des infos…merci

  13. Bonjour Quentin,
    Toujours eu un intérêt pour les mystères du monde, sans pour autant vouloir d’explication, mais juste le plaisir de laisser libre cour à l’imaginaire…
    Je découvre tes documentaires sur les mégalithes, et du coup Howard Crowhurst, etc… passionnant !
    Mais ce n’est pas ce sujet qui me décide à te contacter aujourd’hui : c’est le sujet « carte de Piri Reis ». Pourquoi affirme-t-on que l’Antarctique est représenté ? j’essaye de comparer (avec mon regard de non-cartographe, non-géographe, bref aucun entraînement ou formation pour cela) cette fameuse carte et une carte récente, et je ne vois pas l’Antarctique, juste le « bas » de l’Amérique du Sud… Quelles autres sources a-t-on pour dire que l’Homme connaissait ce continent sans sa couche de glace ?
    Au plaisir de te lire,
    Bien cordialement,
    Delphine

    1. Bonjour, je vous avoue que je ne suis pas non plus convaincu sur la carte de Piri Reis.
      Il y a eut des critiques quant à l’interprétation de cette dernière que j’ai trouvé assez pertinente et au moins aussi convaincante.
      Se baser uniquement sur cette carte est insuffisant pour démontrer que l’antarctique était connu.

      1. J’avais une autre question : cette fois concernant les erreurs relevées sur le travail effectué à la fin du 18ème pour définir le mètre : on dit que statistiquement les petites erreurs (en + ou en – )finissent en fin de compte par s’annuler les unes les autres, tu penses que ça ne peut pas être le cas pour leur travail ?
        Merci ! 🙂
        Delphine

  14. BONJOUR
    pour comprendre comment a l »époque pré celtique ou encore plus ancienne les gens avaient la capacité de se géolocaliser, est facile a expliquer. Ils avaient une connaissance plus intime de la géobiologie et ressentaient la « respiration » de la terre. ils avaient la connaissance des réseaux telluriques et de Hartmann ce qui donne l’horizontalité. Pour déterminer une distance exacte il suffit de s’aider d’un pendule ou à leur époque d’autres outils, et en partant d’un point précis se déplacer en interrogeant le pendule sur la distance parcouru par rapport à la distance que l’on souhaite obtenir. Quand la réponse du pendule est positive , la distance est atteinte avec une grande précision. Tout bon radiesthésiste est capable de le faire sans problème. Avec ces deux connaissances on peut tracer des horizontales et verticales.
    ne pas oublier que le pendule est l’aiguille de l’appareil de mesure qui est en nous, il n’a rien de magique.
    je souhaite être en contact avec Quentin Leplat mais je n’ai pas de coordonnées
    mon site est en cours de reconstruction http://www.science-et-guerisseur.webnode.fr
    je suis physicien conférencier et auteur de livres

    1. Bonjour,
      Je connais cette méthode, mais je n’ai pas les moyens de savoir si cela fonctionne. J’ai cherché un peu d’information mais sans succès à ce propos.
      Cela me parait être bien plus étonnant encore qu’une méthode basique reposant sur la triangulation et les mathématiques qui sont des connaissances très anciennes.
      Il faudrait faire des études concrètes de terrain pour vérifier s’il est possible de déterminer une distance de cette manière là. Est ce que cela existe ? Si personne ne l’a fait, il faudrait envisager avec une association de géobiologue de faire des expériences de terrain avec un groupe témoin par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *