PLATEAU DE NAZCA

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

Le plateau de Nazca au Pérou est une autre grosse énigme de cette région du monde. En effet, on y trouve plusieurs choses étranges. Des immenses lignes tracées dans le sol, des dessins représentants des animaux variés et divers (singe, baleine, araignée, astronaute… enfin pour l’astronaute, l’interprétation est subjective. Ces dessins sont appelés des géoglyphes.

La plateau de Nazca abrite aussi des cités qui sont abandonnées et dont l’extinction remonte à un ou deux millénaires. Des pyramides, des tombes sont en grandes quantités dans ce désert de sable de haute altitude.

On trouve aussi un grand nombre de momies avec des cranes dolichocéphales, c’est à dire des cranes allongées. On trouve ce type de crane également en Afrique, en Europe, en Corse, sur l’Ile de Malte… et bien d’autres endroit que je n’ai pas encore identifié. Ils sont pour la plupart obtenue par déformation de la boite crânienne durant la croissance avec des bandelettes ou des planchettes de bois, mais il existe aussi des cranes naturellement allongés et dont on ne connait pas l’origine en terme de branche humanoïde.

Il me semble légitime de ce démander pourquoi des humains ont tenté d’augmenter ainsi la taille de leur boite crânienne ? Est il possible que ces derniers aient tenter de ressembler à une espère d’humain qui aurait disparue et dont les facultés intellectuelle provenait de la taille surdimensionnée de leur cerveau ? On explique souvent qu’il s’agit d’un acte religieux, comme à chaque fois qu’on ne comprend pas vraiment le pourquoi. On se contente de dire, c’est religieux, c’est un truc que les gens faisaient parce qu’ils avaient des croyances simplistes envers des divinités. C’est toujours comme cela que les historiens se positionnent quand ils n’ont pas d’idées sur le pourquoi de la chose. On observe le même raisonnement avec les menhirs, on y voit des monuments religieux, alors qu’ils sont bien plus que ça.

Un autre mystère, réside dans la présence de centaine de trou d’environ 1 mètre qui ont été taillée dans la roche et dont on ne connait pas la signification ou la fonction.

Comments

  1. Bonjour. Il aura fallu attendre 1927 et un vol en altitude pour se rendre compte de l’existence de ces représentations: depuis le sol, on ne voit rien. L’objectif clairement affiché était que ces lignes devaient être visibles du ciel. Mais certains archéologues soutiennent que ces lignes (certaines mesures plus de 30 km) ont été conçues pour cheminer. Je pense qu’ils ne croient pas à ce qu’ils disent, mais ont peur de sortir du périmètre très fermé de l’archéologie conventionnelle, dont la philosophie est celle de l’induction: ils partent d’une idée vaguement établie et l’imposent comme une vérité « religieuse », comme vous dites. Le fourre-tout religieux, comme l’affirme Jacques Grimault.Les autres interprétations, c’est direction la poubelle. Jacques Grimault est insulté, voire traité d’homophobe ou d’antisémite (surtout lorsqu’il précise que le « mur des lamentations » est un mur romain…). Son seul mal a été de sortir de ce fameux périmètre. Malheur! Enfer et damnation! Le climat de cette région n’a pas subi de variations majeures: pas de vent en-dessous de 50 mètres d’altitude environ, ce qui explique la conservation des géoglyphes. Demandons aux dogmatistes et érudits archéologues pourquoi des animaux qui ne vivent pas en Amérique du sud sont représentés sur le plateau de Nazca. Cheminer sur 30 km dans le désert nécessite des provisions d’eau. La théorie du cheminement n’est donc pas plausible. Concernant les trous, ils seraient au nombre de 10 000 (selon Jacques Grimault) mais d’autres sources donnent 6900, donc je ne sais pas… Leur fonction serait de collecter les eaux de pluies (très rares) pour constituer des réservoirs. C’est pertinent, mais l’évaporation ferait son oeuvre. Cependant, même les populations locales n’expliquent pas l’origine de ces trous situés dans la vallée de Pisco. Et officiellement, pas un mot sur les pyramides du Pérou…
    Quant aux crânes allongés, c’est incompréhensible. Il suffit de les regarder pour comprendre qu’il y a un problème. Au Pérou, le musée de Ica en conserve quelques spécimens. Certains ne possèdent que deux lobes pariétaux, alors que l’homo sapiens présente en plus un lobe frontal: ces crânes sont donc pourvus d’une seule et unique soudure vue en plan. Je n’ai jamais trouvé d’information sur les squelettes: seuls les crânes sont exposés. Il serait intéressant d’étudier ces êtres de manière complète afin de relever les différences ou correspondances de l’ossature avec d’autres hominidés, dont l’être humain. Le volume de certains crânes atteint deux fois celui de l’être humain adulte moyen, qui est de 1100 cm3. Tapez « Paracas skulls »: en anglais, on trouve plus de résultats. Quand on voit ça pour la première fois, on se demande si c’est authentique. Pour les sceptiques: oui, ça l’est!
    Et l' »astronaute » aussi est bien là. Mais qui est-ce? Et à qui sa représentation était-elle destinée? Mystère…
    Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *