CONSTRUCTION !

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

Nul ne sait vraiment comment ont été construites les pyramides. Ils nous fut enseignés que des dizaines de milliers de personnes travaillant sous les ordres et coup de fouets de leurs maitres ont ouvrés pour cette prouesses.

Aujourd’hui, même les égyptologues en reviennent et constatent que les gens qui ont vécus et travailler sur le plateau de Gizeh n’était pas des esclaves. Ces derniers s’appuient sur les soins qu’ils découvrent sur les restes humains, des fractures réparés, ou encore les restes de grandes quantités de nourritures de grandes valeurs (bœuf, poissons) qui servirent en théorie à ravitailler tout ce monde.

En revanche, on tente encore de nous faire croire que  20 à 30 000 personnes ont réalisé cette prouesses en 20 ans. Ce qui représentent en travaillant 12 heures par jours, 365 jours par an, 1 bloc installé toute les 2’30 ». Et le tout, avec des moyens de transports utilisant l’énergie humaine. Des outils de tailles rudimentaires, qui utilise aussi l’énergie humaine.

Quant on sait que les gens qui vivaient là bas devaient aussi travailler dans les cultures 6 mois de l’année, on doute vraiment de la véracité de cette hypothèse d’un délais aussi court avec des moyens rudimentaire. De toute évidence, il a fallut bien plus que 20 ans pour réaliser la seule grande pyramide de Gizeh.

Quant aux techniques employées, de nombreuses théories existent, plus ou moins convaincante, mais elles ne restent que des hypothèses car aucune d’entre elles n’apportent la preuve. Même la théorie de Jean Pierre Houdin avec la rampe intérieure n’apporte aucun élément factuel probant. Sa théorie ne s’appuie que sur des suppositions, sur la base d’observations qui n’ont pas été vérifiés.

A mon sens, il y a une chose qui est évidente, c’est que les bâtisseurs ont attachés une très grandes importances à ces monuments. Et cela sur plusieurs générations, ce qui laisse entrevoir une raison très forte de produire une telle œuvre, je dirais même qu’ils étaient porteur d’une foi capable de déplacer des montagnes. On ne cherchaient pas la simplicité, on cherchait la perfection. Quelle force à poussée ces gens à s’investir avec une telle hardeur dans un tel projet ? Je me pose cette même question lorsque je découvre le gigantisme des gros menhirs, pourquoi ces gens ont ils déplacés des pierres pouvant atteindre 50 tonnes avec un record à 300 tonnes, pourquoi s’imposer une telle difficulté ? D’autant plus, que les pierres les plus lourdes sont les plus anciennes, il ne s’agit pas d’un challenge consistant à poser des pierres de plus en plus lourde.

Comments

  1. Bonjour. Ces structures imposantes ne tiennent sans doute pas de la fantaisie de tel ou tel pharaon. Les mentalités de ces bâtisseurs ne correspondent pas à celles de l’homme contemporain: c’est la raison pour laquelle les explications données par l’égyptologie prennent l’eau. Pour preuve, l’expérience « Nova » qui date de 1991 et qui avait pour objectif de « prouver au monde » que l’utilisation d’outils rudimentaires et de la seule force manuelle étaient venues à bout de ces édifices, a échoué: les ouvriers ont utilisé des engins de travaux publics pour amener des blocs en calcaire taillés à l’avance…par des machines. La diffusion d’un documentaire a eu lieu l’année suivante mais n’a jamais mentionné que la dite pyramide n’a pas été achevé (comme l’a fait savoir le professeur Davidovits). On appelle cela de l’escroquerie archéologique organisée.
    Si la méthode de la rampe a été utilisée, il s’agit certainement d’une rampe interne; la théorie de la ou des rampe(s) frontale(s) ne tient pas puisqu’elle(s) aurai(en)t nécessité un volume de matériaux supérieur à celui de la pyramide elle-même…
    Les blocs constituant la grande pyramide pèsent en moyenne 2,5 tonnes. Et on veut nous faire croire que les « ancients Egyptiens » ont empilé 2,5 millions de ces blocs de pierre afin d’ériger le plus grand trois pièces au monde! Et tout ça pour un mort… Ne parlons même pas de la grande galerie qui mesure 48 mètres de long! Petite question aux égyptologues: pourquoi aucun coffre ni sarcophage n’a été découvert dans la « chambre de la reine »?
    Si la grande pyramide comporte trois espaces (mis à part les couloirs et la galerie) « mortuaires », la pyramide médiane, quasiment aussi élevée que son « aînée », constitue le summum du non-sens: à ce jour, aucun espace creux n’a été découvert dans son volume! Qui sait ce que dissimule cette montagne de pierres? Et puis il y a la petite dernière; décalée par rapports aux deux autres: un hasard, nous dit-on… C’est un plan d’ensemble bien défini.
    Il serait temps que les égyptologues expliquent concrètement et de maière plausible certaines méthodes de construction avec une décompostion par phase de travaux. Par exemple, comment les blocs de parement ont-ils été acheminés et fixés sur les faces des édifices? Ils sont tellement bien assemblés qu’il en subsiste encore au sommet de la pyramide médiane. Et ils pèsent en moyenne 10,5 tonnes!
    Comme vous l’avez fait remarquer, les concepteurs et bâtisseurs de ces monuments ont fait preuve de foi pour mener à bien leurs projets. Diodore de Sicile (1er siècle av. J-C) a écrit que seuls les dieux auraient pu ériger de telles constructions… Ailleurs sur Terre, c’est la même chose: les menhirs ont certainement une fonction mécanique liée au tellurisme.
    Pour les gens passionnés par les structures incompréhensibles et titanesques, voilà qui devrait les intéresser (je n’avais jamais vu ça mais c’est « délirant »):
    https://www.youtube.com/watch?v=5vW2UX3Vklc

    Bonne continuation à tous!

  2. On ne peut même pas accuser l’égyptologie classique, puisqu’ils sont incapables d’expliquer quoi que ce soit.. donc ça ne change pas grand chose au problème.

    Mis à part quand il y a des destructions, ou quand des objets gênants disparaissent ..mais sinon, qu’ils racontent leurs petites histoires, et tant pis pour ceux qui ne font pas l’effort d’y réfléchir à deux fois.

    Et quand on examine les « sources » sur lesquelles ils se basent pour décréter ceci ou cela, souvent c’est fragile, et les soi-disant « recoupements » ne sont pas toujours très concluants.
    Donc bon, c’est pas la peine de batailler contre l’égyptologie… il y a un dogme, et puis c’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *