PYRAMIDE : Dimensions

Abonnez vous gratuitement

Pour recevoir les derniers articles, les dernières découvertes, dates des conférences, visites guidées...

Préambule

Personne n’a jamais retrouvé les plans de la grande pyramide, et le comble, c’est qu’ils sont nous nos yeux. Le plan avec les dimensions est inscrit dans la logique géométrique de la pyramide à base carrée. On retrouve aussi le plan dans la dimension de la chambre haute.

Il faut définir 2 dimensions au départ : largeur de la base carré et hauteur de la pyramide. Les dimensions de la pyramide peuvent être mesurées, mais la précision d’une construction n’est jamais parfaite, les outils de mesure non plus, et le temps à fait sont œuvre d’érosion, de tremblement de terre, de dilatation etc… Il est donc difficile de faire des mesures et d’affirmer : “la pyramide mesure 146,655 mètres”. En revanche, les bâtisseurs ont laissés des indices, car les mesures laissent apparaître des rapports et proportions qui nous indiquent le nombre Pi et le Nombre d’Or. Les mesures permettent de faire ressortir avec une approximation au centième, ou au millième de ces 2 constantes. Par exemple, les mesures physiques permettent de dire que le demi périmètre divisé par la hauteur est égale à (880 coudées / 280 coudées = 3.142857). Ce qui est très proche de PI (3.141592654…). Mais il faut maintenant raisonner en pensant comme des bâtisseurs, quelles dimensions veux t’ on donner à la pyramide. Les bâtisseurs ont voulut faire en sorte que les relations entre les dimensions permettent de faire ressortir exactement PI et exactement le PHIE du nombre d’Or avec la plus grande précision possible, même si ces nombres sont irrationnels, car ils ne s’arrête jamais.

Les plans de la Pyramide repose donc sur une logique mathématique faisant appel à 2 constantes de l’univers mathématique. Voici comment on peut retrouver ces 2 constantes.

  • Le ½ périmètre de la pyramide au sol divisé par la hauteur au sol est égal à PI.

  • La hauteur de la pyramide multiplié par la racine carré de PHIE est égale à l’apothème de la pyramide.
  • La hauteur de la pyramide divisé par racine carré de PHIE égale la 1/2 base de la pyramide.

Avec ces informations que je schématise ci dessous les proportions de la grande pyramide.

Problématique : La grande pyramide n’existe pas mathématiquement.

Si on prend des mesures, qu’on essaye d’être le plus précis possible on parvient à faire ressortie PIE et PHIE avec une précision intéressante. Par exemple, le 1/2 périmètre divisé par la hauteur nous donne 3,14, ce qui est proche de PIE. Mais si on essaye de raisonner en partant non plus des mesures de terrain, mais des constantes de l’univers que sont PI et PHIE en ajoutant par exemple 9 chiffres après la virgule, on s’aperçoit alors qu’il n’existe pas de Pyramide théorique capable de nous donner PIE et PHIE avec une précisions de 9 chiffres après la virgule.

En revanche, on peut essayer de voir quelles sont les dimensions théoriques qui nous donnent les valeurs les plus proches de PIE et PHIE.

La question est maintenant de trouver le meilleur compromis entre les dimensions de la pyramide pour obtenir une précision maximale des 2 constantes PI et PHIE.

Pyramide 1 : Si les dimensions nous donnent un nombre d’or parfait, alors PIE comporte une erreur importante, mais C, la vitesse de la lumière est d’une précision parfaite.

Pyramide 2 : Si les dimensions nous donnent un nombre PIE parfait, alors PHIE comporte une erreur moins importante que dans le cas précédent. La vitesse de la lumière, est là encore parfaite avec ce modèle.

Ce modèle est celui qui comporte le moins d’erreur mathématique. S’agit il du véritable plan voulu par les bâtisseurs de la Grande Pyramide ?

Pyramide 3, celle de Jacques Grimault : Celle ci est un compromis sur laquelle l’erreur théorique du modèle est répartie entre PIE, PHIE et C (vitesse de la lumière).

 

Pyramide 4 : 

Pour celle ci, j’ai utilisé les dimensions de la chambre haute, qui je le rappel, sont en granite, un matériaux qui conserve ses dimensions dans le temps. Ainsi, la périmètre de la chambre haute fait référence à PIE : 31.416 m… et le périmètre moins un petit coté : PHIE carré : 26.180. En ayant compris que la chambre haute est aussi bâti en faisant référence à PIE et PHIE on découvre que la hauteur et la largeur de la pyramide sont visible dans la chambre Haute. En effet, la hauteur de la pyramide est de 4 fois le périmètre du rectangle ABCD, soit 146.607657192 en utilisant PIE et PHIE avec 9 chiffres après la virgules. Quant à la base, elle est représenté par 4 fois le rectangle ouvert (3 cotés DABC), soit 115.191730643 m.

Bien, avec ces dimensions là, à quoi ressemble notre Pyramide ? Elle nous fournit une approximation intéressante de PIE, PHIE et C. Pour la vitesse de la lumière la marge d’erreur est de 0.00000516 %.

Pyramide de Georges Vermard et Mathieu Laveau :

Sur le très bon site internet horizon444, ces deux chercheurs libres ont développés une étude géométrique et mathématique très poussé du plateau de Gizeh. Ils retiennent des dimensions sensiblement différentes pour la base de la grande pyramide. Ainsi, au lieu de 230.384 m, il constate qu’elle mesure en théorie 230.291 m, soit un écart de 9.3 cm. Ce petit écart à l’air négligeable, mais il peut changer beaucoup de chose. Pour la hauteur ils proposent 146.608 tout comme, d’autres auteurs officiels ou non.

Pour parvenir à ce résultat de 230,291, Georges Vermard et Mathieu Laveau, propose une équation différente. Pour eux, la 1/2 base de Khéops multiplié par 4/PIE est égale à la hauteur : (230,291 / 2) x (4 / PIE) = 146.608

Ils proposent dès lors un angle de 51°51’14 » contre un angle de 51°50’33.88″.

 

 

Voilà, mon petit exposé, repose sur des faits vérifiables, il suffit de se souvenir de vos cours de mathématiques et de géométrie. A la lumière de mes recherches, il me parait possible que la vitesse de la lumière ait volontairement été inscrite dans le monument.

Il me semble que la pyramide reposait sur des nombres entiers. Et 440 / 280 délivrent à mon sens le véritable rapport de la grande pyramide de Khéops. La différence est faible entre les travaux de tout ces auteurs, mais il me semble plus probable que les dimensions de la Pyramide soient bien de 230.384 par 146.608 sans tenir compte du socle qui rajoute 1.10 m de large et une coudée de hauteur de 0.5236 m. Malgré cette petite différence, les calculs réalisés par les uns et les autres fonctionnent très bien si l’on accepte que la marge d’erreur se situe au delà de la virgule. La perfection n’existe vraiment pas, y compris dans la nature des choses. Il est aussi tout à fait possible que les légères variation des dimensions des 4 cotés de la pyramides servent à intégrer des marges d’erreurs permettant ainsi d »intégrer plus d’informations numériques dans cet édifice.

 

Comments

  1. Angles d’inclinaison à la séparation des couloirs ascendant et descendant 26,10° et 26,26° soit 52,36° (100 X la COUDEE ROYALE ou PI divisé
    par 6). Au débouché de ces couloirs, au sol de la chambre basse et au sol de la chambre du roi, dans l’axe vertical par rapport au sommet de la pyramide, les deux angles font donc 127,64° soit la racine carrée de PHI au 7/1000ème ! !
    Si l’on prend la hauteur du côté de ce triangle (sol de la chambre basse au sol de la chambre du roi toujours dans l’axe vertical par rapport au sommet de la pyramide, et qu’on la multiplie par DEUX, on tombe apparemment sur la HAUTEUR de la pyramide en combinant avec ou sans pyramidion, avec ou sans socle, voire on découvre la distance TERRE SOLEIL.

  2. La hauteur de Khéops mesure théoriquement 280c et sa largeur 440c ; la première est un multiple de 2 de 5 et de 7 (8×5×7=280c) et la seconde un multiple de 2, de 5 et de 11 (8×5×11=440c) ; lorsque qu’ une mesure en coudées entières de quelque chose sera proportionnel à ces nombre, 2,5 et/ou 7 pour la hauteur et 2,5 et/ou 11 pour la largeur alors, cette mesure sera toujours un multiple ou un sous-multiple de l’ un ou de l’ autre (moyennant les coefficients appropriés).

    Par exemples:
    – ABCD=70c (70=7×2×5) et 280c=70×4 donc ABCD=280÷4 (un sous-multiple de 280c par 4);
    – ABCD « ouvert »=50c (50=5×5×2) et 220c=11×5×4 donc ABCD « ouvert »=220÷(1,1×4) (un sous-multiple de 220c par 1,1 et 4) ;
    – (la mesure de la longueur DABC « ouvert » égal 50c ou 104,72m et non pas 115.191730643 m) ;
    – la mesure des petits côtés de la chambre de la reine font 20c, ou 20 fois le demi-côté de la Grande Pyramide, et celle de ses grands côtés fait 22c, ou 10 fois la mesure du demi-côté de Khéops (ce sont des contre-exemples absurdes).

    Il n’ y a rien d’ étonnant que la longueur ABCD soit un sous-multiple des dimensions de Khéops, car c’ est mathématique et, bien que cela semble effectivement curieux, à priori, cela ne démontre rien pour autant. En effet, quel serait le rapport entre ce périmètre contorsionné de la chambre royale avec la hauteur et la base de ce monument ? Cela resterait à montrer ou à démontrer…

    Ce que je veux dire, c’ est que cela pourrait être intéressant si l’ on ne restait pas sur sa faim, hélas!

    1. Bonjour, intéressant votre explication.
      Surtout la relation entre les multiples 2,5, 7, et 11.

      A mon sens, c’est parce que ces relations mathématiques étaient clairement identifiées que ces bâtisseurs ont donné de telles proportions à ces chambres par exemple. Mais pas seulement, plus je creuse et plus je ne peux que m’apercevoir de l’incroyable quantité d’information contenues dans ces pyramides.

      Les dimensions de cette chambre haute en sont un exemple assez impressionnant. J’aurais pu ajouter que les 3 diagonales forment un triangle 3,4 5 aussi… C’est un condensée d’une science d’avant.

      1. J’ ai appris en effet que tu avais mis en partage la trouvaille de la tangente 1/3 (trois carrés à la suite), pour situer la chambre « du roi » en hauteur et en largeur, bravo ! On pourrait croire qu’ il en serait de même avec la pente de la grande galerie (26°10’15 » mesure Dormion), ainsi qu’ avec celle du couloir ascendant (26°6’0″ mesure Dormion), puisque leurs pentes sont proches de la tangente 1/2 (26°33’54 »), mais il n’ en serait rien car leur moyenne dépasse le 1% de cette dernière valeur (98,13%).

        En revanche, il en irait autrement avec le couloir descendant dont la pente varie de 26°26’46 », dans la première moitié, à 26°30′ pour le reste (mesures Dormion), puisque leur tangente moyenne (26°28’23 ») est proche à 99,6% de la tangente 1/2, mais la précision ne serait plus « parfaite ». Quant à la chambre de « la reine », parce que son couloir est horizontal, il n’ y aurait pas de carrés pour construire cette tangente de valeur 0 (il faudrait expliquer autrement cet angle nul). Et encore, nous ne parlerions que d’ évocation ici, puisque ces angles sont verticaux.

        Parce que Robert Bauval a trouvé une relation archéoastronomique sur le plateau de Gizeh, entre le Sphinx, le Nil et les trois pyramides, parce que l’ angle de la chaussée de Khéphren illustrerait l’ angle de pente d’ un quadruple carré, selon l’ autre archéoastronome Howard Crowhurst, d’ une part, et parce que François Poisson aurait trouvé des relations de longueur, de surface et de volume entre ces trois monuments (voir le lien), d’ autre part, faudrait-il amalgamer la civilisation Mégalithique (-5000 ans), les maths et l’ an -10 450 ?

        https://arxiv.org/pdf/0905.2814.pdf

        « Les dimensions de cette chambre haute en sont un exemple assez impressionnant. J’aurais pu ajouter que les 3 diagonales forment un triangle 3,4 5 aussi… C’est un condensée d’une science d’avant. »

        Sans doute mais, s’ agirait-il d’ un condensé par eux-même ou d’ une évocation par d’ autres ? Mystères…

        1. Bonjour, oui il y une différence de pente entre ces deux couloirs ascendant et descendant. L’un est très proche de 26,56° et l’autre très proche de 26,18°
          En fait, je suis en train de constater que cet angle de 26,18° est aussi un angle très employé pour implanter certains monuments mégalithiques entre eux. Je pense que ces batisseurs de la Pyramides ont volontairement donnés deux pentes différentes, il y a peut de place pour l’erreur dans leur ouvrage.
          Ces deux angles très proche (26,56 et 26,18 sont très présents dans plusieurs systèmes d’architectures antique.)

          1. Pour les monuments mégalithiques, je me contente(rai) de suivre les travaux de ceux qui s’ y intéresse. Je crois aussi que la précision de conception, et de réalisation de ce monument, doit être particulièrement fine (donc deux pentes au niveaux de la grande galerie et de la descenderie, comme le niveau de « la reine » le suggérerait).

            Mais attention avec les mesures imprécises d’ aujourd’hui, relativement aux longueurs disponibles dans cette bâtisse remaniée ; quelques mètres d’ erreurs sur des kilomètres de Terre cela ne se voit pas, contrairement à 50cm sur une centaine de mètres dans Khéops.

            C’ est la raison pour laquelle il faudrait humblement démarcher du grossier vers le finaud, et non pas l’ inverse par orgueil téméraire (je dis pas ça pour toi, mais pour moi aussi). Pour information, les angles des couloirs dans Khéops seraient les suivants (cela reste à démontrer évidemment):

            – 26,243° dans la grande galerie ;
            – 26,07° dans le couloir ascendant ;
            – 0° et 90° dans le couloir horizontal ;
            – 26,501° dans la moitié inférieure de la descenderie ;
            – 26,436° dans sa partie haute (à partir de l’ ascenderie).

          2. Il faut savoir que nous n’avons pas d’outils pour mesurer une pente au sol au millième de degrés, cela représente moins de 1 mm sur 100 mètres.

            Nos outils n’ont pas cette précision pour mesurer une pente. La mesure des angles sur de courtes distances impliquent une imprécision de la mesure. On n’est obligé de s’appuyer sur des observations simples. Par exemple, on observant que le double carré est la forme de la chambre haute, que le triple carré détermine sa position dans l’édifice… que la base de la pyramide est un carré, que l’orientation du chemin processionnaires est de quadruple carré….

            Partant de ces observations simples, on peut sans problème affirmer que la pente est celle d’un double carré, et que nos mesures le confirment en tenant compte d’une marge d’erreur correspondant aux limites de nos propres mesures.

          3. Bonjour,
            bravo et merci pour vos travaux.
            Un détail : effectivement une différence d’un millième de degré représente un écart de 1.7 mm sur 100 mètres, toutefois l’écart sur cette distance devient plus mesurable entre deux pentes de 26.18° (PHI au carré x 10) et 26.56° (pente 1/2 du double carré) : il est de 83 centimètres (1,6 coudées sur 50 de hauteur soit plus de 3% d’erreur). Comme ils nous ont habitué à bien meilleure précision ailleurs, (exemple erreur moyenne de 3′ pour les points cardinaux, soit 0.05°) il me semble qu’il faudrait plus déduire de ces 0.38° de différence une volonté de représentation qu’une erreur de construction.

  3. De très nombreux grands scientifiques ont procédé aux mesures des parties les plus emblématiques des grands monuments, dont la grande pyramide. Que constate t’on ? Leurs résultats sont tous différents… et, si je puis dire, ne leur jetons pas la pierre.
    La difficulté d’effectuer ces mesures très fines est énorme, même avec nos moyens actuels.
    Pour exemple, en europe, dans la cathédrale de Chartres construite au 12ème et 13ème, il a été récemment difficile de mesure l’impressionnant labyrinthe en spirale qui est présent sur le sol de l’édifice.
    En fait, il ne peut s’agir d’un  » labyrinthe  » puisqu’il n’y a qu’un seul chemin.
    Sa longueur a été estimée à UN PEU PLUS DE 261,55 mètres ! !
    Là aussi, extrêmes difficultés à mesurer une spirale de plus de 261,55 mètres.
    Mais, ce que l’on pourrait suggérer après ce résultat, c’est qu’un peu plus de 261,55 mètres, cela fait presque 500 coudées de cheops (261,8 mètres) ou encore PHI + 1.
    Comme pour cheops, la mesure exacte est très difficile à obtenir.
    Autre suggestion de rapprochement entre la coudée, le système métrique et PHI, il est intéressant de souligner que la distance parcourue de l’entrée du  » labyrinthe  » jusqu’à son centre, puis le retour, sera pratiquement de 1000 coudées (métrique, quand tu nous tiens) ; selon les calculs réalisés…  » Un peu plus de 261,55…… « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *