La coudée punique, PI et le nombre d’or.

La coudée “punique” ? Quel drôle de nom ! Peu d’entre nous connaisse cette coudée qui mesure 51,5 cm. J’avais lu quelques articles et entendu parler de cette coudée, mais je n’avais pas pris le temps de me pencher sur cette mesure. C’est une internaute (qui souhaite rester anonyme) qui m’a proposé de faire le pont entre cette coudée, le nombre d’or, le nombre PI, et forcément le “mètre” et la taille de la terre. Rien que cela !

Vous pouvez voir sur ces deux tables de pierres découvertes à Thibilis et Lepcis Magma plusieurs coudées et pieds gradués. A gauche, il y a deux coudées, l’une de 51,9 cm (51,84 cm = coudée de Nippur), la seconde de 51,4 cm, et un pied de 29,8 cm. Sur celle de droite, vous avez une coudée de 51,55 cm ± 0,15. Mais aussi un pied dont la longueur en haut est de 29,6 cm (29,63 = pied Romain) et de 30 cm en bas (29,92 = pied Royal Égyptien). Et enfin, une coudée de 52,3 cm (52,36 = coudée Royale Égyptienne).

Mettons nous d’accord sur la longueur conventionnelle de cette coudée. Les historiens qui en parlent et qui l’ont étudié lui attribue une longueur de 51,5 cm. Même s’il est vrai que les 3 encoches dans la pierre sont de 51,4 à deux reprises et une de 51,7. La moyenne est donc : (2×51,4+51,7) / 3 = 51,5 cm ± 0,1.

Mais revenons un peu sur l’historique de cette coudée punique. Elle fut découverte sur deux étalons gravés dans la pierre. L’un à Thibilis et l’autre à Lepcis Magna, deux sites archéologiques en Afrique du nord. Cette civilisation aurait pris son essor sur les pourtours du bassin méditerranéen en -800 et fut largement sous influence Romaine en -200.

Particularité de la coudée punique.

Passons sur le tableau noir pour voir comment cette unité de mesure s’articule simplement avec les constantes mathématiques et le mètre.

Étonnant n’est ce pas ? Cela veut dire qu’un cercle qui mesure 1 coudée punique de diamètre a un périmètre de 1,618 mètres, soit le nombre d’or exprimé en mètre.

La coudée punique et la taille de la terre.

Mais cela ne s’arrête pas là. En effet, cette unité de mesure vaut 1/60ème d’une seconde d’arc moyenne sur terre. Ce qui veut dire que cette coudée est une fraction sexadécimale de la terre (division en base 60 minutes, puis 60 secondes). C’est un peu comme le mètre qui est une fraction décimale de la terre. (division en dizaine, centaine, millième)

Voyons cela plus en détail. La valeur moyenne d’une seconde d’arc sur la terre est de 30,9 mètres. Cette valeur est obtenue en faisant la moyenne d’une seconde d’arc autour de l’équateur, et une seconde d’arc autour du méridien.

Ce simple constat suggère que cette coudée est une fraction sexadécimale de la terre, et que les peuples qui établirent la longueur de cette coudée avaient la connaissance de la taille de la terre. Les Romains et les Grecs utilisaient aussi des unités de mesures qui étaient en rapport avec la taille de la terre.

Je propose d’autres observations relatives à cette coudée de 51,5 cm. En effet, j’ai aussi constaté que la coudée punique et la coudée Royale Égyptienne ont un rapport de 60 à 61. Ce qui est fascinant, car cela permet de relier ces deux unités de mesure très simplement à partir de la base sexadécimale. En effet, la coudée punique vaut 1/60ème de seconde d’arc. Mais en divisant cette coudée punique en 60 on s’aperçoit qu’il suffit de rajouter 1/60ème pour obtenir la coudée Royale Égyptienne.

Le pendule punique :

Lorsqu’on étudie les mesures anciennes il est intéressant de voir quelles relations entretiennent les mesures avec le temps. En effet, en utilisant un pendule de longueur 51,5 cm, ce dernier aura une période d’oscillation de 1,44 secondes. Ce qui veut dire que ce pendule bat 60 000 fois par jour. Avouez que cela n’est pas banale pour une coudée qui est une division en base 60 de la taille de la terre !

Ces premières informations me furent partagées par notre internaute cité en introduction.

Que puis je ajouter ?

Le lien avec la coudée royale de la grande pyramide peut être complété avec une information géométrique simple. En effet, il y a un rapport entre la longueur de la base carré de la grande pyramide et la coudée punique. Un simple schéma vaut mieux qu’un long discours.

Avouez que cela est étonnant ! Si la base de la grande pyramide qui mesure 230,36 mètre est la diagonale d’un double carré virtuel, alors ces carrés mesures 200 coudées puniques de 51,5 cm.

Nous pouvons rebondir un peu plus loin en introduisant la coudée Nilométrique qui mesure 53,93 cm (soit 1/3 du nombre d’or en mètre). Cette coudée, est celle qui détermine la pyramide de Khéphren puisque sa base vaut 400 coudées Nilométriques (215,7 m sur le roc / 400 = 0,5393).

Ce qui s’avère fascinant, c’est que le rapport entre la coudée punique et la coudée nilométrique est le même qu’entre 50 cm et 52,36 cm, c’est à dire entre un demi mètre et une coudée royale. Ce rapport vient confirmer une fois de plus si l’on en doutait que l’unité de mesure métrique fait bien partie du système de mesure ancien. L’unité métrique fut réintroduite vraisemblablement pour raison politique à la fin du 18ème siècle.


Conclusion

La coudée punique n’est pas une unité de mesure arbitraire indépendante des autres coudées très connues en Egypte et en Sumer. Elle vient s’insérer à merveille dans un système de mesure pour des raisons d’ordre géométrique, numérique, et géodésique. Les anciennes civilisations ont pensées les unités de mesure pour qu’elles soient interconnecté entre elles, tout en étant reliées à des paramètres universels tel que la taille de la terre. Ces unités de mesures furent ensuite subdivisées et reliées symboliquement à l’humain à travers les noms d’usages comme : pied, coudée, paume, doigts, pouces.

L’unité de mesure permet de faire le lien entre l’humain et l’universel dans la pensée ancienne. A ce titre, la mesure est d’essence “divine”, il n’est pas étonnant que le “dieu” Thot fut considéré comme le gardien de la mesure pour les Egyptiens. (La notion de dieu étant très différente de la vision moderne dans le monde ancien, car pour les anciens égyptiens, la nature est “dieu”. C’est la nature des choses telles que ces derniers les ont compris qui peut être vue comme “dieu” dans le monde ancien. La nature organise la vie, elle crée les planètes et les étoiles avec une harmonie que les anciens ont probablement identifiée )

ABONEMENT À NOTRE LETTRE D’INFORMATION

9 Commentaires

  1. On peut donc dire que la coudée punique est au mètre ce que le nombre d’or est au nombre PI
    mais aussi ce que 7 cube est à 666

  2. Le rapport PHI/PI donne la coudée punique en mètre, mais son inverse PI/PHI donne la toise en mètre 1,94 m qui se divise en 6 pieds de 0,3236 m. Le pied se divisant en 12 pouces de 2,7 cm.
    Ce système fut utilisé jusqu’à la Révolution
    Notons aussi que le produit PI x PHI = 5,08 ou 2 pouces anglais en centimètres

  3. Alors, l’histoire depuis la nuit des temps s’est elle donc déroulée en dehors de (presque) tout le monde, alors qui sont ces passeurs de connaissance ?

  4. La division du cercle de 1,618 m de circonférence en 720 demi-degrés permet de faire la relation avec les anciennes mesures telles que la paume, la palme, l’empan, le pied, la coudée, pour les 5 principales.
    Pourquoi le demi-degré ? C’est un angle constant qui existe dans la nature car c’est l’angle apparent du soleil – et de la lune – vu depuis la terre.
    Ainsi, sur un tel cercle, un angle au centre de 233 demi-degrés intercepte un arc dont la longueur est de une coudée.
    De même, 144 demi-degrés donne le pied de 0,3236 m
    La série de Fibonacci permet de décliner les autres mesures.

  5. La coudée royale peut donc s’écrire 366 PHI / 360 PI pour faire référence au soleil qui se lève 366 fois par an.

  6. Il y a de petites erreurs me semble-t-il car 50/52.36=51.5/53.93=3/pi=0.955 et 51.5/(phi/3)=50/(pi/6)=95.5.
    Et que diriez-vous d’ajouter que 230.36 coudées de Tiwanaku = 200 coudées puniques.
    Et dans le prolongement du commentaire de Marinette Boulanger, si une valeur de 82944 est attribuée au périmètre d’un cercle, c’est à dire 100000 fois la valeur métrique du “yard mégalithique”, alors 1°=230.40 soit la base de la pyramide en valeur arrondie et 1/2°(ou 1/720è de 82944)=115.20 (soit la 1/2 base en valeur arrondie).

  7. En poursuivant les divisions par 12 du pouce on obtient la ligne puis le point. 445 lignes donnent un mètre.
    La canne des bâtisseurs fait 555 lignes car elle fait l’addition coudée + pied + empan + palme + paume ou 233 + 144 + 89 + 55 + 34 lignes.
    Le mètre est bien là, mais cependant un peu caché
    car il faut faire 1000 – 555

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.