LA MYSTÉRIEUSE COUDÉE MÉTRIQUE D’ÉGYPTE : NÉBI DE LICHT : 10 €.

Il y a quelques années, l’idée que les Egyptiens connaissaient l’unité de mesure du “mètre” 4500 ans avant sont invention “officielle” est devenue populaire. Les sceptiques, pour ne pas dire les sectaires, demandaient plus de preuves. Ils ont demandé qu’on leur montre que les Egyptiens étaient capable de mesurer la terre. Ce qui fut fait dans plusieurs publications. Je vous propose celle ci : Héliopolis – Gizeh. Ils demandaient des mesures en mètre entier en Égypte, dans l’architecture ou son implantation. Ce qui fut fait, là encore assez facilement (image ci dessous). La distance nord sud entre la chambre souterraine de Saqqarah et la chambre de la pyramide rouge mesure 7000 mètres avec un système modulaire de 7 carrés de 1000 mètres. (c’est Howard Crowhurst qui a découvert cela en 2016).

Alors les septiques sont devenus sectaires et demandaient où se trouve des étalons en base métrique. Et bien justement en voici un. La coudée Nébi découverte dans les années 1920 du coté de Licht mesure 70 cm et est divisée en 7 parties de 10 cm. Mince alors, un système métrique ! Certes, il n’y a pas 10 fois 10 cm, mais la division en 7 est connue aussi sur la coudée royale égyptienne et la récurrence du nombre 7 en Égypte permet de comprendre l’importance de cette découverte pourtant restée dans les oubliettes de l’histoire.

Que vont dire les sectaires ? Ils vont nier cet objet et prétendre qu’il s’agit d’un système ou chaque interval de 10 cm serait en fait 1 paume + 1/3 de paume, soir 7,48 cm + 2,49 cm = 9,97 cm. Sauf que rien, absolument rien n’indique cela sur l’objet, ni dans aucun texte à propos de ce genre d’objet. La coudée de Licht ne présente aucune autre graduation que la division en 7 parties égales. Et en suivant la logique du rasoir d’Ockham, la proposition la plus simple est la bonne, cette coudée est une des preuves de l’usage de l’unité de mesure métrique. L’égyptologue Claire Simon avait déjà fait mention de l’existence en Égypte d’une coudée de 7 x 10 cm mais sans faire le lien avec le mètre.

Dans le livre j’apporte un autre élément qui démontre l’usage d’un système décimale. En effet, il existe un papyrus avec le plan d’un temple qui est dessiné avec un quadrillage. Il s’agit du papyrus de Ghurob Shrine. Or ce document présente un quadrillage composé de 14 par 22 carreaux, ce qui correspond au rapport largeur hauteur de la grande pyramide. Mais le plus étonnant, c’est que 3 carreaux mesurent 10 cm. Donc chaque carreau mesure 3,33 cm. Avouez que cela est étonnant ! (Ci dessous ce fameux papyrus.)

Et j’ose aller bien plus loin, en effet je suis convaincu que la coudée royale et le mètre sont des unités de mesure universelles qui dépassent le cadre terrestre. Le rapport de distance Terre Soleil et Terre Mars est un rapport équivalent à celui du mètre et de la coudée royale de 52,36 cm ± 0,01.

Cette coudée, vient compléter un ensemble de preuves qui indiquent que les Egyptiens connaissaient la mesure du “mètre”. A elle seule, elle n’y suffirait pas, mais compte tenu de tout les autres éléments de preuves, il faut être de mauvaise foi pour contester cette connaissance aux savants Egyptiens. Mais entre nous, il est évident que cela sera encore nié. Mais cela en devient de plus en plus ridicule, et le lecteur ou l’observateur non politisés par le sujet savent reconnaitre ce qui est juste. Une bonne idée est souvent combattue… surtout si elle remet en question le socle de l’histoire des sciences, voir de l’humanité.

LIRE LA PRÉFACE DE HOWARD CROWHURST

CLIQUEZ ICI

Ci dessous des extraits disponible dans GoogleBooks.

Pour me le commander directement, c’est ici.

LA MYSTÉRIEUSE COUDÉE MÉTRIQUE D’ÉGYPTE – LE NÉBI DE LICHT

Dans ce petit livre, qui se veut synthétique et accessible à tous, l’auteur nous montre que les anciens Egyptiens connaissaient la taille de la terre, la distance Terre Soleil et l’unité de mesure moderne métrique bien avant que celle ci ne soit réintroduite au 18ème siècles. La coudée de Licht, rarement commentée par les Égyptologues, est une des preuves matérielles qui s’accumulent et bousculent toute la vision de l’histoire, de notre histoire, de qui nous sommes vraiment. Prix : 10 € Frais de port lettre verte 3,94 € (oui c’est affreusement cher) Livraison à partir du 26 avril 2021 Par chèque à l’ordre de Q Leplat, 14 chemin de Verrières, 63500 ISSOIRE. Penser à bien indiquer votre adresse pour les paiements avec Paypal ou par chèque.

13,94 €

Vous pouvez commander le livre dans plusieurs librairie en format livre ou e-book.

PACK DEUX LIVRES DE QUENTIN LEPLAT

Si vous n’avez pas pu vous procurer le premier livre que j’ai publié sur le sujet des mégalithes en Corse, c’est l’occasion de le faire. Un vaste plan révèle une connaissance de l’unité métrique par des inconnus il y a plusieurs millénaires. Les bâtisseurs disposaient également d’une capacité d’arpentage et de cartographie très précise au regard de la nature du terrain accidenté de la Corse du Sud. Les menhirs et dolmens sont disposés entre eux suivant une géométrie simple à base de carrés et de triangles rectangles. L’ensemble est parfaitement orienté sur les points cardinaux, révélant ainsi les unités de mesures et des nombres importants de cette science perdue. Au delà de nos connaissances scientifiques, ces bâtisseurs nous montrent que l’art, la science et la nature sont indissociables, qu’ils sont un tout, nous adressant ainsi un message à travers les âges.

21,99 €

Ne ratez plus nos publications,

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.