VERSAILLES, UN SECRET À LA VUE DE TOUS

PRÉAMBULE

Je suis convaincu que les rois de France connaissaient l’unité de mesure métrique. Napoléon n’avait pas besoin de se rendre en Égypte pour l’y découvrir. À la Révolution Française, l’académie des sciences s’est fixé comme objectif de fournir à l’humanité une mesure universelle basée sur la taille de la terre. Ce sera le mètre qui vaut un quarante-millionième de la circonférence du méridien de la terre. En réalité, cette mesure était déjà connue. Elle était employée par des architectes, des bâtisseurs, des maitres d’œuvre, des artisans… Peut-être en toute discrétion utilisaient-ils cette unité de mesure.

Un module de 3,33 m, la preuve !

Dans cet extrait du documentaire “Versailles, le palais retrouvé du Roi-Soleil“, vous pouvez voir l’historien en architecture, Jean Claude Le Guillou, expliquer que la mesure modulaire employée dès Louis XIII pour concevoir ce château est de 3,33 mètres. Oui, vous avez bien lu, au début des années 1600, les architectes utilisaient déjà une mesure modulaire de 3,33 mètres. Soit la dixième partie d’un 1/3 de mètre. Nous pouvons appeler cette mesure de 0,333 m, le pied métrique. (Je remercie Didier Coilhac de m’avoir signalé ce documentaire et cette curiosité)

Évidemment, affirmer que la mesure du mètre était connue, fait grincer les dents. Cela me fait sourire. J’imagine déjà les sceptiques affirmer que c’est une coïncidence, car nous n’avons aucun écrit qui parle de ce module de 3,33 m. Et encore moins un étalon de cette mesure qu’auraient employé les architectes. Remarquez, que Jean Claude le Guillou n’a pas besoin d’une preuve écrite ou d’un quelconque étalon pour déduire la valeur unitaire de la mesure modulaire qui rythme toute la construction. Comme moi, il lui suffit d’étudier le monument, sa géométrie, ses dimensions, le télémètre à la main pour expliquer tout cela. Le bon sens est suffisant.

J’ai publié en 2015 une étude métrologique sur les portes des églises dans ma région, et statistiquement, il en ressort que l’emploi d’une mesure modulaire de 33,3 cm est factuel. Cette étude a été portée à la connaissance du public dans le film “BAM” (Bâtisseurs de l’Ancien Monde) diffusé plusieurs fois sur RMC-Découverte.

Mais, j’apporte d’autres preuves quant à l’usage du mètre à Versailles. En effet, il existe bien des outils d’architectes qui mesurent 33,3 cm. Ce sont les compas de proportion. Ces règles étaient utilisées par les architectes pour dessiner les plans. Or Michael Butterfield, fut nommé ingénieur du roi en 1678, et les compas de proportion, ainsi que les rapporteurs qu’il produit mesurent pour la majorité 33,3 cm pour les compas de proportion, et 10 cm pour les rapporteurs.

De nombreux artisans qui fabriquaient les outils de mesures des architectes ont dissimulé le mètre dans leurs outils. Les rapporteurs en laiton de cette époque sont nombreux à mesurer 10 cm avec une remarquable précision.

Il est vrai, en revanche, que personne n’en parle. Officiellement, on utilise le pied de roi qui mesurait 32,48 cm, mais officieusement, des corporations d’architectes et de bâtisseurs utilisaient un pied de 33,33 cm. Certains sceptiques oseront dire qu’il s’agit du pied de Charlemagne qui est attesté historiquement autour de 33,33. Aussi appelé parfois Pied Drusien. Ça, c’est un argument creux, car enfin, ce n’est pas du nom de la mesure dont nous débattons, mais de sa valeur. La valeur du mètre était connue, c’est un fait, nous avons les preuves matérielles, géométriques, mathématiques. Et quid des rapporteurs qui mesurent par miracle 10 cm ? Quel rapport avec le pied Drusien ou de Charlemagne ?

Le mètre à Versailles est présent aussi dans les dimensions du monument, ainsi que dans les jardins. La largeur de la façade mesure 100 mètres. J’ai eu l’occasion de vérifier ce que j’avais mesuré sur Google Earth en me rendant sur place en 2016. Pour cela, j’ai utilisé un télémètre Leica Disto 810. Je vous laisse en juger sur les photos ci-dessous.

Dans les jardins, nous découvrons une longueur de 3333 m entre deux extrémités de l’axe des jardins. Les limites sont formées par les courbes de part et d’autre. Nous avons aussi 200 mètres entre le centre du premier bassin et la façade du château. Et d’autres mesures tout aussi étonnantes.

La chose la plus étonnante, je préfère vous la présenter en vidéo. Il s’agit d’un axe de rapport 16 / 9ème pour le Grand Trianon.

Ce qui reste un mystère, c’est pourquoi le mètre était une mesure aussi secrète ! J’ai bien entendu quelques idées, mais ce n’est pas l’objet de cet article.

D’autres preuves de l’emploi du mètre par les rois de France existent à Chambord, dans le château de François 1er. Elles sont exposées dans le film Bâtisseurs de l’Ancien Monde par exemple. Mais, toutes les informations n’y sont pas, Didier Coilhac, m’a donné quelques tuyaux sur les mesures de ce château de Chambord. Elles vous seront présentées ultérieurement.

Pour aller plus loin

Howard Crowhurst vient de sortir deux ouvrages sur le sujet.

Ne ratez plus nos publications,

Anti spam *
close

1 Commentaire

  1. Bonjour Quentin,
    Sur Google earth, si on tire une ligne droite qui reprend l’orientation du Grand Canal, cette ligne traverse le chateau, puis on continue le long de l’avenue de Paris, puis on continue….et on arrive à… Jérusalem. Intéressant ? Connu?
    Bravo pour votre travail passionnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.